Selon Forrester, les brick and mortar ont encore de beaux jours devant eux !

Publié le par le-furet-du-retail

forrester_logo.png

Selon une étude du cabinet Forrester (source retailcustomerexperience)  le parcours omni-canal et la transcanalité devraient encore profiter longtemps aux ‘’retailers’’ tradi quand il s’agit de passer réellement à l’acte ‘’d’acheter’’.  

En effet Forrester prédit que 91% des achats de ventes au détail au global se feraient encore au profit des réseaux brick & mortar en 2016.

Une étude à croiser avec celle de Capgemini Global Technology 2012 qui spécifiait que 71% des acheteurs jugent qu'internet est ''important ou très important'' dans le choix d’un produit … et plus des deux tiers de shoppers commencent dorénavant leur ‘’customer journey’’ par un device … ordi, tablette ou smartphone.

Bref deux instituts dont il est difficile de remettre en cause les chifres et analyses. Même dans le climat de Datadéluge actuel. 


Avec un mode algorythmique… notre nouvelle façon de ‘’chercher’’ et de nous simplifier la vie. Mais chercher et acheter ne sont pas sur le même registre.

De quoi conforter mon avis : si les pure players font - et continueront - à faire un mal immense au commerce traditionnel, celui-ci à encore des beaux jours devant lui, s'il se réveille et ne dort pas sur ces convictions. 

 Et quoique l’on en pense les pure players auront ‘’réveillé’’ le commerce* . Certes en l’étouffant comme Amazon, ou malheureusement Price minister l’ex ‘’local’’ qui revient à la charge après s’être mis sous la coupe de Rakuten ... ce qui me fait d'ailleurs plus penser à des codes ‘’c-Discount’’ que Amazon… (cf action de cette semaine… des prix sacrifiés ???? on est loin de la création de valeur et de la première version de ce site historique )

*aie je pense que je vais recevoir des commentaires d'insultes ... 

Virgin est mort, Surcouf n'a pas survécu... mais PIXAMNIA non plus ! Et la différence se fait sur l'harmonisation entre les deux canaux pour un commerce global... et un service client optimum. Et c'est là que je considère que le B&M à réellement des chances de s'en sortir.


Darty-Atelier-cuisine.JPG 20130223_163235.jpg

Réinventer le magasin, redécouvrir la relation client, se diversifier, laisser le quanti pour le quali, diversifier pour recréer de la valeur ... des solutions qu'adoptent les B&M. A découvrir prochainement à Beaugrenelle, l'atelier cuisine et le virage ''cuisiniste'' de Darty, et le développement de l'attractivité ''famille'' et l'atelier kid de la FNAC. Oui les gens aiment encore ça... ;°) 


Et alors que la FNAC se remet doucement mais sûrement, en ayant plutôt pas mal réussi son introduction en bourse quoiqu'on en disent, et en tout cas le virage est pris, et l'avenir confirmera  ...  Et Darty qui annonçe une progression de 8% des ventes en ligne au premier semestre représentant 14% de son CA.


Bien entendu il ne faut pas crier victoire, mais un certain équilibre commence à apparaître. Et paradoxalement ce qui sauvera le commerce Brick & mortar c'est le e-commerce : en le pratiquant eux même, et en adoptant aussi les stratégie de pure players, place de marchés en autres. Et c'est la bonne nouvelle du click & collect : 1/3 des clients commandant en ligne viennent chercher le produits en magasin... et 40% environ achêtent quelques choses en complément sur place. Wallmart augmente son CA per capita de 40% sur ces clients connectés via son appli ''wallmart in store...''. 

Et on arrive à d'autres abérations... mais pourquoi pas ??? dans ce nouveaux paradigme... savez vous par ex. que beaucoup de libraires ''tradi'' (US mais également français) vendent finalement sur Amazon avec Amazon service, tout en ayant leur magasin ''pignon sur rue ...'' des niches, mais ils ont compris qu'il y avait peut être des combats de trop qu'il fallait savoir ne pas devoir mener.

Violence incroyable des pure players, mais qui a forcé le commerce ‘’tradi’’  à une mutation / révolution et à prendre conscience que cela correspondait plus à une évolution de société que du commerce : le monde se digitalise et nous entrons tout doucement dans l’ére numérique. Il en va du commerce comme du monde. Et cela va dans le sens ... du client. 

Alors certes il y a un champs de ruines, mais peut être plus du aussi à la crise, et à des excès d’hyper-distribution … que de l'ennemi internet.


 

Et en cela 2013 pour moi - vous commencez à le savoir - aura été ‘’l’année charnière’’ et à révélé l’extraordinaire capacité des Brick & mortar à réagir et à enfin s'adapter à cette immense vague déferlante, ce tsunami numérique, qui se présente face à eux depuis 10 ans.

Pourquoi ? Quelles sont les raisons de cette ''confiance '' pour moi ? le prix du dernier mêtre et l'interaction humaine. C'est le bastion du Brick & Mortar sous réserve que l'on soit 100% shopper centric, y compris en comprenant que vos clients peuvent aussi acheter chez vos concurrents. 

A vous d'être le meilleur dans le contrat de base qui s'est élargi : prix / choix / service / commodité / Amabilité. Il y aura encore des enseignes, y compris pour moi GSA qui vont disparaître, faute d'avoir compris assez tôt que l'on ne reconstruirait plus le monde.. numérique.

Et nous avons fait des excés... ne l'oublions pas tout se lisse sur le temps. 

Commenter cet article