#1/2 - Ventes de fin d'année 2013 : Amazon cartonne mais les transporteurs ne peuvent plus suivre le rythme ....

Publié le par le-furet-du-retail

images-copie-5.jpg

AMAZON à annoncé hier des ventes records pour cette fin d'année mais révèle ses inquiétudes face aux limites du respect des délais de livraison. Les transporteurs ne suivent plus....

Les ventes de fin d’année ont toujours été une zone tremplin pour le e-commerce et la découverte de nouveaux services associés par les clients. C’est durant cette période saturée en tout …  que les avantages de la vente en ligne sont le plus en phase avec les attentes de shoppers.

Et c’est généralement lors de cette période que ceux-ci découvrent et adoptent les nouveaux services que le e-commerce leur apportent :  choix, garantie de stock, drive, click and collect, livraison à domicile, on day delivery …. retour produits si insatisfaction. Depuis longtemps, je considère la période de Noêl comme un ''lab'', car les pics que cela génère laissent une trace ‘’long traine’’ ensuite. Noël installe de nouvelles habitudes. Et l'histoire et la croissance du e-commerce se caractérisent par ses dents de scie allant de plus en plus haut et ne redescendent pas ... Mais cela aura t'il une fin ? 

hey-amazon-leve-les-yeux-ups-teste-egalement-la-livraison-p.jpg

Amazon annoncent des ventes record au délà de toutes espérances mais  … mais les transporteurs débordés ne pouvant plus suivre le rythme. Et les clients Amazon mêmem Prime / Premium ne sont pas livrés pour Noêl !

Amazon n’a pas eu à subir le bad buzz sur les mouvements sociaux – légitimes - d’Allemagne ou d’ailleurs, ou d’appels au boycott des libraires. Amazon sur-performe sur les ventes de cette fin d’année. De ce côté là tout va bien. 

Le groupe à publié hier un communiqué annonçant des ventes records sur ces dernières semaines. On le sait l’enseigne n’aime pas communiquer sur son CA et feint même de dire que ‘’ce n’est un indicateur qui compte chez Amazon’’  (Romain Woog LSA Sept. 2013). Par contre, Amazon aime bien les symboles pour illustrer les critères qui compte le plus pour eux : le nombre de foyers connectés et les abonnements contractualisés Prime ou Premium en France.

Et le chiffres symboliques tombent :

- 185 pays destinataires de colis entre novembre et décembre

- 36,8 millions de commandes soit 426 commande à la seconde pour le seul jour du cyber Monday, jour le plus chargé de l’année pour le e-commerce américain.

- 1 000 000 d’abonnés supplémentaires au service Prime / Premium, à tel point qu’Amazon à dut être obligé de suspendre les souscriptions lors de périodes de pointe et afin de ne pas affecter les ‘’anciens abonnés’’ en pleine phase de commandes souligne Amazon.

Mais alors qu'est ce qui inquiète celui que rien n'arrête? Les transporteurs qui se sont montrés bien à la peine voire totalement dépassés pour suivre le flux généré par Amazon - ce fut également le cas pour l’ensemble du e-commerce en ''one day delivery'' ou maxi 48h. - et ce dans tous les pays.

Et lorsque l’on connait la puissance logistique de sociétés telles qu’UPS (leader mondial) ou de Fedex …  on a de quoi s’inquiéter car la croissance du e-commerce et sa crédibilité se joue sur ces fortes pics de ventes, et peut se révéler freinée par la logistique et la gestion du dernier mètre, ce que l’on savait, et qui est impossible à gèrer autrement que via des prestataires extérieurs...

A tel point qu’ Amazon précise dans son communiqué que bien que ces retards ne soient pas imputables à la logistique Amazon qui a livrée aux transporteurs en temps et en heure, Amazon remboursera les frais de livraison pour les clients ayant été livré en retard, et qu’en plus Amazon leur offre une carte cadeau de 20 $. ''Fair'' jusqu'au bout.. 

-R5I0L2Z.png

Amazon à annoncé lancer des enquêtes pointues auprès de ses Transporteurs et à attaqué directement le leader UPS le rendant responsable d'une grande partie de ces maux. L’histoire ni le communiqué ne précisant pas si le problème est essentiellement sur Amazon ou à ses partenaires asilés sur la place de marché.

Et il est vrai que la promesse de la simplifaction de tâches aussi ardues pour le shopper que celles des dernières minutes des achats de Noël peut s'avérer être sensible, et remettre en cause sa confiance sur des échéances aussi sensibles : car quoi que fasse le e-commerce et même le Père Noël n'y peut rien : Noël sera toujours le 24 décembre à minuit pile. Avant l'heure c'est pas l'heure... après l'heure... 

 

 

Publié dans pure player strategy

Commenter cet article