#Amazon US : les taxes locales lui font perdre des PDM au profit de Best buy ... un espoir pour le brick & mortar?

Publié le par le-furet-du-retail

amazon-app-logo1.png

 

C’est une information glanée au fil des communiqués, mais venant de Reuters donc crédible … et  qui me semble tellement importante : Amazon perd du terrain au profit de Best Buy dans les états où il est contraint d’appliquer les taxes locales US depuis septembre 2012 (8 états au total et cela fait jurisprudence…). Best buy annonce entre 6 à 9 % de gain de PDM sur les ventes de fin d'année suivant les états concernés.


Question : les pure players auraient-ils finis de manger leur ‘’pain blanc’’… en payant les mêmes taxes que leurs concurrents brick & mortar ?


Le sujet est complexe car ce n’est pas seulement par obligation ‘’légale’’ suite à la crise des subprime ayant profondémment impactée les foyers US et une volonté des états de vouloir récupérer des revenus fiscaux qu'Amazon collecte et répercute sur ses prix de vente dorénavant ces ''taxes de ventes'' (pouvant aller j'usqu'à 10%) dans 8 états . Mais  c'est également parce qu’Amazon est obligé de négocier avec ces états pour pouvoir construire ses entrepôts, piliers de sa stratégie de couverture locale, afin de pouvoir concurrencer réellement le commerce de proximité dans le fameux ‘’dernier mètre’’, maillon faible du pure player.


Donc certes potentiellement Amazon se présente en créateur d’emploi localement (comme en France) mais est bloqué dans ses négociations avec les autorités locales US car considéré de plus en plus comme ‘’mauvais contribuable’’, et obligé à payer une ''rétrotaxe'' afin de se remettre en bonne position de négo. A l'identique de Google et autre Apple, car aux US le patriotisme y compris fiscal à du poids.


Enfin sur sa ''place de marché'' Amazon, se trouve à la fois des e-commerçants indépendants ayant pignon sur rue donc concernés par la taxe ... et des pure players échappant eux à la taxe… vous suivez ?  Cela veut dire que cela devient compliqué pour Amazon de gérer avec et sans…

 

code%20promo%20amazon%203

 


Une réduction de l’écart prix et la mise en arbitre du service, entre le ''nouveau commerce'' et le commerce traditionnel.


Ce ne serait donc que rétablir une injustice via à vis des brick and mortar, injustice née de l’engouement dans les années 2000 à aider les jeunes pousses et pionniers de l’internet. ''à nous le monde... '' disait alors Jeff Bezos …et aux autres de payer les taxes locales... ! CQFD.

Un coup de pouce de la législation américaine au profit des e-commerçants, laissant par contre aux ‘’brick & mortar’’ le soin de continuer à collecter les taxes même s’ils vendent en ligne…(vous suivez toujiours ? ). Et Best Buy Wallmart, Target, Home Dépot ... furent certainement celles qui ont le plus subie cette injustice …


Et depuis 15 ans les pure players mènent une fuite en avant en pensant que jamais les règles ne les rattraperaient, et qu’aucun état ni pays n'oserait leur demander définitivement de s'acquitter et d’appliquer cette simple règle…contribuer!


Mais la crise économique et les excès ont donc réveillé les états et les zones locales : s’acquitter des taxes va devenir une contrainte pour les pure players.


Comme tout bon gestionnaire, les états américains en quasi faillite ont jugés que cette concurrence à ‘’l’activité locale’’ devait cesser et que temps de la contribution ‘’économique et sociale’’ des pure players était arrivé..

Amazon, leader mondial du e-commerce, a commencé à recueillir les taxes de vente en Californie le 15 Septembre, et ce quelques semaines seulement avant le début de la saison des fêtes. Amazon a commencé à collecter la taxe de vente d'état du Texas en Juillet et en Pennsylvanie en Septembre.


"En Californie, au Texas et en Pennsylvanie, où Amazon.com a récemment commencé à collecter des impôts, il est encore un peu tôt mais Best Buy a observé une augmentation de 6 à 9 % de ses ventes en ligne par rapport au reste de son réseau’’ indique Amy von Walter porte-parole Best buy dans un email envoyé à Reuters.


"Alors que certaines personnes peuvent encore préfèrer faire leurs achats en ligne, la parité taxes inclues influe sérieusement sur le ressenti et le gens n'hésite pas à changer leru habitudes d'achat''


Certes malgré les taxes (dont le taux fluctue en fonction des états) Amazon reste encore en moyenne 5% moins cher que ses concurrents. Mais malgré tout, il semble que cela profite à une enseigne type Best Buy, qui à un réseau physique.

 

 

lutte amazon

 

Le fameux débat qui existait déjà dans le commerce physique sur le taux d’élasticité aux prix bas va ressurgir…

5% moins chers mais sans réassurance qu'apporte un réseau physique? si le service est équivalent, j'hésite.

 

Il est très intéressant d'étudier les réactions de clients dans les états concernés ou dans les média économiques américains


Plusieurs types de réactions pour les clients d’Amazon à l’application des taxes locales

1/ Ceux qui trouvent cela normal : la fibre patriotique et la défense du commerce local jouant.


Les détracteurs d’Amazon ont fait valoir qu'il y avait eu depuis trop longtemps une tolérance injuste, parce que les distributeurs historiques, dont Best Buy, Wal-Mart Stores Inc et Target Corp, collectent la taxe de vente d'état sur leurs ventes en ligne depuis des années étant considérés comme ‘’distributeurs à réseaux’’ même si par obligation ils sont passés à la vente en ligne.

Les états avides de recettes fiscales supplémentaires suite à la crise des subprimes de 2008, ont trouvé là un écho favorable auprès d’une population américaine ‘’patriotique’’ inquiète elle-même sur l’avenir économique de leur pays et consciente qu’il ne pouvait y avoir ‘’un poids et deux mesures''. Et donc trouve normal de faire payer les acteurs du nouveau commerce dont ils ont contibué en tant que contribualble au financement du développement.


2/ Les clients râleurs opportunistes et moins patriotiques ... Amazon était une zone de liberté.


De leur côté … ca ronchonne sérieux, beaucoup de clients US ayant moins la fibre ‘’patriotique’’ trouvent qu’Amazon était justement enfin une enseigne auprès de laquelle ils ne devaient pas s’acquitter de taxe, une zone de liberté.

Un exemple de réactions sur le site CNNMoney - portail finance et économie de la chaîne américaine. Les attaques sont violentes (comme quoi les français ne sont pas les seuls râleurs…).

«Nous sommes déjà beaucoup trop taxés aux États-Unis, ce qui ne fait qu'ajouter l'insulte à l'injure»  a déclaré par exemple Mitch de The Woodlands Texas, où Amazon a commencé à répercuter la taxe de vente en septembre.

Plusieurs commentaires de clients sur le site CNN affirmaient qu'ils allaient réduire leurs achats sur Amazon non pas parce qu'ils ne peuvent payer les quelques dollars de taxes  - 9,75 $ sur un achat de 100 $ dans certains endroits en Californie … quand même… - mais parce qu'ils ne veulent pas donner plus d'argent aux gouvernements d’États.

 

Pour mieux comprendre l’impact de cette application des taxes par Amazon, il faut comprendre l’importance et le réflexe ’’Amazon’’ pour les foyers américains, y compris pour leurs courses ‘’habituelles’’ .

Robert de Redlands, en Californie se rend sur Amazon jusqu'à cinq fois par semaine ( !!!! ). Il y achète de tout, du café au détergents (il faut savoir qu’Amazon représente 15% des ventes globales Procter & Gamble aux USA…)  en passant par du matériel appareils photo. Mais si Amazon commence à percevoir la taxe dans le Golden State, sa zone, alors Robert avoue qu’il passera sur d’autres détaillants en ligne qui continueront à ne pas répercuter les taxes.

 

Certains reconnaissant quand même que le  ‘’sans taxe’’ était un avantage certain, mais que par ailleurs ils constataient qu’ils avaient acheté depuis des années des choses totalement inutiles pour passer le seuil de la livraison gratuite.

 

'' Si je peux acheter en ligne dans des magasins locaux, que je peux obtenir les produits que je veux immédiatement, sans délai d'expédition, et m’épargner les frais d'envoi … alors Amazon cesse d'avoir un avantage pour moi ''  a déclaré Todd, précisant qu'il a acheté beaucoup de choses inutiles au fil des ans pour passer le seuil de livraison gratuite d’Amazon.

Ah la logique et la rationalité du shopper !!!!


3/ Enfin il y a aussi les clients mécontents ‘’épargnants’’ et actionnaires du leader mondial de la distribution. Ils lancent leur propres arguments : une décote possible de l’action Amazon si l'enseigne leader perd son avantage fiscal.


«Si moi j’ai perdu mes motivations d’achats sur ce site, ne pensez-vous pas que cela va être la même chose pour des millions d'autres clients, qui vont partir ailleurs ?" écrit Roger de Petaluma, en Californie. "Donc si vous possédez des actions Amazon, VENDEZ, VENDEZ, VENDEZ"

 

amazon-carton-604x272.jpg


Un grand débat va naître dans la dernière ligne droite de 15 années de rivalité ON / OFF : quel est l'écart prix acceptable pour le service apporté par le OFF, si le ON ne peut pas suivre sur le dernier mètre ???


Ou se situe le point de rupture pour le client entre une commande en ligne, et les contraintes restantes (temps de livraisons notamment), et les avantages d’un service de proximité. Si je fais le comparatif dans la distribution alimentaire, le shopper est capable de ''chasser'' les prix bas, la maîtrise du ticket de caisse et la facilité via le Drive mais également d’accepter de payer plus cher pour les commodités ou ''être en confiance''. De combien peut être cet écart… ?


Un exemple dans la vraie vie et en France : pour Carrefour en 2012 le CA des Hypers à baissé de 2%, alors que celui des SM a progressé de 0,1% et le segment proximité de 4%.... (sources les échos / carrefour) 18/01/13.   

 

‘’Malgré les changements fiscaux, les prix d'Amazon électronique grand public étaient encore au moins 5% au-dessous de Best Buy est pendant la saison des fêtes'' selon Anne Zybowski, vice-président de la recherche numérique du commerce de détail Kantar worldpanel.  "En particulier dans l'électronique grand public, tout rétrécissement des prix avantageant Amazon à la marge est importante parce que Best Buy apporte un service et des prestations shopper spécifiques au OFF’’ dit-elle.

 

best-buy.png


Ex : ‘’Best Buy va livrer gratuitement des téléviseurs aux personnes âgées quand ils achètent un nouveau produit ou demande le service de la compagnie Geek Squad. Ceux ci vont installer gratuitement le matériel dans ces foyers acheteurs, comparativement les services Amazon ne le prévoient pas '' fait-elle remarquer.

 

Un porte-parole Amazon a refusé de commenter ces faits lorsqu'on lui a demandé si la compagnie a vu un impact sur les ventes du quatrième trimestre avec l’imposition des taxes sur les ventes en Californie, au Texas et en Pennsylvanie. Dans le passé, les dirigeants d'Amazon ont toujours dit qu'il y avait peu ou aucun impact lorsque le cas c’était présenté dans d'autres régions.


Plusieurs analystes ont fait valoir que la force d’Amazon est la sélection de produits très large et commode, l’expédition rapide, et pas seulement ses prix bas.


‘’Au-delà de l'électronique grand public, dans des catégories où le service est moins important, il n'y aura pas un tel élan pour bousculer ses habitudes'' dit Anne Zybowski Kantar, citant la santé, la beauté et cosmétiques à titre d'exemples.

'' Je ne pense pas que les détaillants doivent s’exciter " at-elle ajouté. ‘’Les résultats de Best Buy sont isolés pour l'électronique grand public. Une fois que vous commencez à étudier les niveau des prix d'achat inférieurs à 100 $, les questions fiscales sont moins prégnantes."


‘’Le point principal c'est que les nouvelles lois fiscales des Etats remettent Amazon à égalité par rapport à tout autre détaillant aux États-Unis’’ a t-elle ajouté. ‘’ Si cela était arrivé à Amazon il y a quelques années notamment sur l’univers librairie, ils ne seraient peut-être pas aussi grand qu’actuellement’’ dit A. Zybowski.


Mais Amazon a construit un traitement et une fidélisation de la clientèle tels, grâce à des programmes tels que le service d'expédition ‘’premium’’ par ex. ou son Kindle ‘’gadget’’, liseuse de livres numériques mais aussi de ventes en ligne, et faisant partie intégrante de l’écosystème d’Amazon, qui devrait stimuler la croissance des ventes, a t-elle ajouté.


Bref la guerre On / Off est loin d’être terminée.

Mon analyse étant que plus Amazon va être obligé de ‘’penser global’’ mais de ‘’acter Local’’ (le célèbre Think global, Act local de Coca cola ds les années 80)  .. ;°) plus les acteurs locaux et du OFF, et les enseignes à réseaux en premières lignes ont leurs chances.


Quand les pure players vont être obligé de se mettre à niveau sur tous les plans de charges desquels ils étaient épargnés : taxe locales, points physiques de logistique voir de commerce (vous savez que je n'y crois pas pour ces derniers...) mais également tout bêtement un rendements aux investisseurs qui ont suivi les pure players mais vont vouloir un jour récupérer leur donne ainsi que les fruits de leur patience et efforts.. alors il y a une brêche à ne pas louper pour les acteurs historique du off. 

Magasins connectés de proximité et le dernier mêtre - le plus cher à assurer pour les pure players - devraient l’emporter. C’est personnellement mon pari et ma vision pour 2013 … la revanche des blessés par le e-commerce .. 2013 année charnière je vous dis. 

 

Publié dans pure player strategy

Commenter cet article

youtube view hack 05/11/2015 12:19

This is actually the kind of information I have been trying to find. Thank you for writing this information.

increase likes on facebook 05/11/2015 12:17

Best work you have done, this online website is really cool with great facts.

csautostore.com 26/05/2015 08:22

You have done a great job. I will definitely dig it and personally recommend to my friends. I am confident they will be benefited from this site.

sportscarrentalworld 22/05/2015 06:23

Most of the time I don’t make comments on websites, but I'd like to say that this article really forced me to do so.

christinemartincoaching 01/05/2015 05:41

Valuable very touchable information. I would like to thank you for sharing your great facts.