Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !

Publié le par le-furet-du-retail

Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !

 12 février 2020, 16h09 : ''Veux tu m'aider dans mon futur projet professionnel? A très vite pour un déj… signé Berto''. Ce fut notre dernier échange alors que l'on parlait de sa nouvelle aventure, et je rigolais en me disant ''toujours à fond le Berto''.

Tragique destinée car Berto était alors effectivement à fond sur le lancement d'un réseau social dédié aux ‘’BabyBoomers en pleine forme et qui en ont marre de se faire regarder comme des vieux alors qu'ils sont  en pleine forme’’ … Incroyable signe du destin. A 70 ans ce virus venu de nulle part a emporté Berto dans une quinte de toux interminable le 6 mars, à l’aune de ce qui allait devenir le vecteur ''épidémiologique'' qui allait mettre le monde entre parenthèse : le Coronavirus.

Putain de virus de merde ! Avec Berto le monde de la communication à perdu plus qu’une personnalité influente, mais un ami et un guru rare, un homme aimé plus que tout, un homme discret et incontournable dans ce petit mais influent monde de la com, partit en quelques heures à l’âge de 70 ans en laissant famille et amis dans le désarroi le plus total et si subitement. Il fut mon patron chez Eccla, mon Guru et mon ami.

Trop ému je ne veux pas m’étendre sur le côté professionnel de Berto, mais sur sa bonté son sourire et son incroyable foi dans la vie. Cet homme lumineux irradiait de pensées positives, cherchant toujours plus à inspirer et à avancer avec les autres, qu’à imposer visions et réflexions.

Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !

Coup du sort, Berto le sage et toujours ‘’pétillant’’ allait nous quitter si connement alors qu’il me demandait  de l’aider dans ce ''formidable projet'' une plate-forme idée de son génie et à son image … plate forme encore en test mais en deuil : ‘’Bboomers, le premier réseau social dédiés aux Baby Boomers qui en ont marre d’être regardés comme des vieux alors qu’ils sont en pleine forme…’’. Terrible destin du sort et ses mots raisonnent très durement dans ma tête ... Oui Berto était en pleine forme - je ne l’ai jamais connu autrement - rarement malade, si positif car pour lui la vie était plus forte que tout, y compris ‘’des petites douleurs et bestioles qui vont pas nous emm….’’. Avoir l'idée de monter cette plate forme basée sur l'espoir d'un monde apaisé quand on est Bboomers  ''tout osé, tout essayé"... et qu'effectivement on commence à se sentir regardé de travers ... respect Berto. Mais on le sait le monde est injuste par nature. 

Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !
Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !

Il en est ainsi… adieu mon Berto. Il laisse dans le chaos une famille déchirée par la douleur, par son absence, par un départ si incroyable, à cause d’un put.. de virus venu de Wuhan, une petite région inconnue de 50 millions d’habitants à l’autre bout du monde. Mais ma propre douleur est minime, il laisse une femme et des enfants tant aimé comme il savait si bien le faire, et touchés également par cette épidémie. Car aucun repos n'est possible devant un tel désastre  … Et une polémique légitime autour de la cause de son départ si rapide, car en pleine nuit il n'était apparement officiellement que  ‘’grippé’’. C’était le début de cette crise, une médecine en plein doute, et entre protocoles médicaux et interdictions de contact ... il est parti seul. 

Le terrible destin de mon ami Berto…. RIP Bboomer !

Car c’est le drame de cette épidémie, tu meurs dans le silence et dans l’incertitude et bien souvent sans tes amis pour entourer ton départ, pour raison de contamination et de silence autour de ce problème. Il aura fallu attendre 12 jours pour avoir la confirmation par un média Tunisien de son départ… Même moi à un moment j’ai douté de ce que j'avais appris de source proche dès le lendemaintellement le silence autour de la cause de son départ était assourdissant, et sans aucune information à l’heure ou ‘’tout se sait’’ dans un minimum de temps. Mais malheureusement la vérité est là : tu es partit mon Berto... Que les dieux te protègent et reste en Paix. Les prairies Tunisiennes ne seront jamais aussi ensoleillées et resplendissantes que depuis ton départ. Puisse un jour ta femme et tes enfants apaiser leur immense chagrin et tristesse. Et regarder le soleil … il te ressemble tellement.

Notre dernier échange ?

''A très vite pour un déjeuner '' c’était le 12 février à 16.09… Depuis on pleure. Car au dela de son départ, c'est aussi l'injustice qui me peine. Je t’embrasse Berto. Et toutes mes condoléances à ta petite famille au si grand coeur. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LABORNE OLIVIER 19/03/2020 17:12

Juste quelqu'un de bien.
Olivier Laborne