L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !

Publié le par le-furet-du-retail

L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !

Et si on faisait une pause dans le distribashing ? Une phase de reconnaissance, de respect et de plus d'humilité dans l’histoire du commerce est devenue nécessaire. 

2 Octobre 2019 souvenez vous c'était une autre époque, et sur un autre registre Dominique Schelcher Président du Groupe Système U lors d'une tribune LSA annonçait la couleur : "marre du distribashing... des articles à répétition faisant porter sur notre métier tous les maux de l'époque ... mal vécu cette entreprise de diabolisation ... qui fait du commerçant le spoliateur d'une richesse mal partagée... mal vécu d'être soupconnés... ". Précurseur ... Le temps d'une ''pax romana'' et 6 mois plus tard ce coup de gueule de Dominique Schelcher prend une couleur particulière face à ce séisme qui frappe notre société et met les distributeurs à très forte contribution, du haut au bas de la pyramide et de son écosystème. 

Oui le commerce a toujours été un bouc émissaire facile, mais il est en train de nous prouver à nouveau à travers cette épidémie qu’il à toujours été au cœur et au service de la société, même dans les pires moments, car sans le ''commerce'' celle ci ne pourrait pas vivre. Il est souvent injustement objet de suspicions alors qu'il est l'un des moteur central de notre économie, qui est certe devenue globalement folle, et de notre ''confort'' de vie ou plus simplement de notre vie. 

Car plus qu'un commerce qui aurait besoin de nous ... c'est bien nous qui avons besoin du commerce et sous toutes ses formes. Cette période sera peut-être une bonne occasion de le reconnaître et de se le rappeler.  Certes comme tant de secteurs, de métiers, d'institutions de tout type voire de personnel politique, il prend des formes parfois excessives. Mais plus qu'une cause c'est aussi une conséquence d'une évolution de notre sociétés et de nos comportements ''tout tout de suite et vite....''. Et une réponse adaptée aux attentes d’une société qui évolue dans ses contradictions. Alors que pour parodier Coluche : "quand on pense qu'il suffirait que les humains n'achètent pas ... par ex sur Amazon NDLR ... pour que cela ne se vendent pas".

Donc si les excès existent c'est aussi malheureusement parcequ'ils sont des réponses à nos propres excès et paradoxes, et cela vaut aussi pour sa digitalisation si décriée mais permettant le drive ou la livraison à domicile si utile aujourd'hui. En 2020 nous avons donc bien un commerce mature qui nous correspond, que l’on mérite, et qui depuis ces jours si difficiles nous le rend bien. 

Alors oui Pax Romana et Retail respect... les commerçants sont en train de nous sauver. 

L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
Un héros ...

Le commerce a toujours été le reflet des civilisations qui l'ont créé.

Il a traversé toutes les crises, évolutions culturelles et sociétales en répondant toujours présent à toutes les attentes, même ici dans une urgence sanitaire absolue et dans des conditions dantesques … une vraie dimension de ‘’service public’’ au sein d’un monde de la ‘’distribution’’ décrié comme si cruel.

 

Alors certes le ‘’petit’’ commerce notamment non alimentaire ou celui qui n'avait pas anticipé voire simplement imaginé un crash si violent va terriblement souffrir de cette période de crise sanitaire. Et l'un des chantiers prioritaires post crise sera certainement de le soumettre régulièrement à ce type de crash test, comme les banques en 2008, car il faut qu'il résiste lui aussi à toutes les intempéries, et ''rasé'' par déjà 2 crises sociales successives en une année, c'est certainement vers lui que doivent aller aussi nos pensées et notre soutien.

Mais au delà il faut bien reconnaître que pour répondre à la ‘’masse’’ dans une crise comme celle traversées actuellement, sans les ‘’grandes surfaces’’ et le ''petit'' commerce de proximité si dévoué, notre vie de citoyens aurait été beaucoup plus compliquée depuis quelques mois. 

Nous pensons que nous ne sommes pas fait pour ce commerce, mais ce commerce est fait pour nous et dans toutes nos contradictions, sa capacité de résistance est en train de nous le prouver.

L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !

Allez pour se détendre un petit rappel historique : d'où vient le commerce ? 

L’humain à pour nécessité vitale de se nourrir, de protéger sa famille, et de se soigner. On comprend donc qu'en pareille période d'urgence assez inédite de Coronavirus, le commerce est en train de nous prouver à nouveau qu'il est là pour nous, et qu'en toute situation il sait répondre quelque soit l'état de la société. Il en est ainsi depuis le début des civilisations qui l'ont crée. 

Certes au début du Néolithique (8 000 ans Av.JC) nous produisions pour nos propres besoins, chasse pêche et culture. Mais la modernisation des process avec l’utilisation des semences accrues, la fertilisation, la houe, l'exploitation de la force animale ont amené des rendements supérieurs et ont permis de passer du seuil de subsistance aux premiers stades de  dépendance (déjà) en passant de la ‘’production pour soi’’ à la ‘’production pour les autres’’, au début en troquant avec son voisin ''ton gigot de mammouth contre mon silex taillé''.... puis en monnayant.

Contrat de Vente Sumérien.

Après le Néolithique, preuve de l'importance de commercer entre nous, on suppose même que l’écriture a été créée il y a 5 500 ans par les commerçants Sumériens pour leur permettre de ‘’comptabiliser’’. Le Néolitique étant dernier stade de la préhistoire et qui a vu les humains commencer à s’organiser et se hiérarchiser. 

Puis passer de ''producteurs’’ à ‘’distributeurs’’ et  enfin ‘’commerçants distributeurs au détail’’  puisque ce mot ''commerce'' renvoie à la notion de faire circuler les marchandises et les proposer à la vente sur les marchés ou les foires (Wikipédia) avec une notion de transactions d’individus à individus.

L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !

Pas étonnant donc qu'en 2020, et après 8 000 ans d'une dépendance au commerce devenue LA règle, ce pilier de nos civilisation et en pleine mutation numérique - toujours pour s'adapter à nos exigences de consommateurs - soit à nouveau en train de nous prouver qu'il assume sans arrière pensée et une nouvelle fois avec courage fierté et humilité sa mission prioritaire : nous fournir a tout prix et sacrifices en besoins fondamentaux pour manger boire se soigne se protéger ... nous et nos enfants, et ici en pleine crise de CORONAVIRUS dans des conditions inédites. 

Car sans le commerce il est clair qu'une société ne peut plus exister à fortiori dans une période aussi critique : se le rappeler en toute humilité devrait calmer les esprits critiques et les polémiques stériles ... 

Et alors que l’on croyait il y a encore peu que cette distribution était si égoïste et autocentrée sur ses négos et ses profits, force est de constater qu’une leçon nous est donnée par le courage et l’abnégation de toutes ces équipes qui constituent la chaîne d'un commerce à notre service, qui se mobilise du plus proche ''de la dalle et du carrelage'' aux bureaux les plus confinés …

Les enseignements à tirer seront infinis et espérons qu’ils seront utiles pour une reconnaissance par tout un chacun de ce que ces ''fournisseurs de produits de première nécessité aux foyers'' sont vitaux et travaillent actuellement dans des conditions dantesques et si innatendues ... MERCI a eux

L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !
L'urgence d'une pause dans le distribashing : c'est le temps du Retail respect !

Alors qu’ils s’appellent Pierre, Fatima, Madeleine, Sarah, Jean, Ali, ou Karim... Doug, Michel Edouard, Dominique, Alexandre, Gary, Thierry … qu’ils soient ‘’pousse-palettes’’ (chez moi ce terme est amical et très respectueux j’en ai été), chauffeurs, caissières, hôtesses, merchandisers, laborantin, personnel d’entretien et de sécurité ou CEO ... impossible de tous les citer, nous leur devrons un momument de reconnaissance.

Ils ont tous été sur le pont et la peur au ventre et là nuits et jours sans compter, pour nous aider simplement autour d’un axe central aujourd'hui : nous permettre de nous nourrir et nous soigner à n'importe quel prix pour eux. 

Ocado lui n'a pas résisté... obligé de faire une pause devant l'afflux de commandes en lignes aux UK... Brick & mortar 1 / Ocado 0...

Ocado lui n'a pas résisté... obligé de faire une pause devant l'afflux de commandes en lignes aux UK... Brick & mortar 1 / Ocado 0...

Une période qui fera naître je l’espère un immense respect et des comportements clients à la hauteur… car malheureusement nombre de témoignages pris sur le terrain nous indiquent que pour ses héros volontaires ce fut souvent double peine : travailler durement, avec une prise maximum de risque, et avoir à supporter des clients souvent à la limite du savoir vivre, de la correction civile et du respect du travailleur.

Car n’oublions pas : les victimes ne furent pas les personnes confinées pour qui il suffisait simplement de rester chez soi et de se faire livrer …  mais bien ces ‘’héros’’ debout dans une situation si critique et sans qui nous ne pourrions plus couvrir cette nécessité vitale : manger, boire, se soigner.

Pas besoin de nous étendre.. vous avez compris le fond… le commerce est pilier de notre société et même personnellement à partir de maintenant je ne le regarderais plus jamais de la même manière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article