Le Microfulfillment future clé de succès des Supermarchés Amazon et du commerce de proxi.

Publié le par le-furet-du-retail

Le plan du Magasin Amazon de Woodland Hills à Los Angeles (sources HNGRY)

Le plan du Magasin Amazon de Woodland Hills à Los Angeles (sources HNGRY)

Micro Fulfillment : Amazon se cale sur Walmart, le mode picking, et  l'autonomisation des magasins. 

Petit rappel : la NRF 2020 l'avait vraiment mis en avant car il répond au futur challenge logistique d'une épicerie de format 3000 m2 jusqu'aux ''super marchés''. Le challenge? Livrer en moyenne 60 produits, ''pickés'' en moins de 5 minutes, pour une livraison en moins de 30 minutes.

Pour cela le Micro fulfillment sera la clé de succès d’un commerce de proximité ‘’hybride’’ et entre Walmart, Target, Freshippo, et les futurs supermarchés Amazon le schéma sembleraient se confirmer.

L’avenir du commerce de proximité ? Continuer à permettre aux foyers de se fournir au quotidien de leurs produits de consommations courantes. Et il est en train de connaître sa troisième et peut être définitive révolution : il ne sera ni 100% online, ni 100% off line, mais devrait être basé à 100% sur un modèle de magasin de proximité hybride et mi robotisé en ''réserve mini-entrepot''. Il permettra de fournir les foyers de sa zone de chalandise quelle que soit la provenance de leurs demandes : achats direct en magasin emportés ou livrés, précommandes sur mobile ou sur le site de e-commerce du magasin pour livraison ou click and collect. Ne cherchez pas plus loin les 4 scénarii de parcours clients sont là. 

Car l’important pour un commerçant en 2020 est bien évidemment de retrouver ses réflexes en arrivant à coller aux nouvelles exigences ‘’pratiques’’ de ses clients et qui sont devenues des habitudes d’achat : hyper fragmentation des achats et rythmes de commandes, baisse du nombre d’articles par acte… le ‘’syndrome supérette’’, avec un coût de traitement et de logistique de la commande le plus bas possible, livrer dans un laps de temps de plus ne plus court.

 

Et sans se planter le service étant devenu gage de fidélité et le talon d'Achile du commerce. Certes des phases servicielles qui pèsent et pèseront de plus en plus sur les comptes d’exploitation du commerce mais permettront un bilan consolidé ventes on/off.

 

Et en tout pas pas plus que le cout des plate-formes dédiées à un e-commerce plus large et dont les ''groceries' ou épicerie en Français dans le texte ;°) n'ont pas besoin.

On peut d'ailleurs se poser des questions sur le modèle Ocado a terme, le logistique devrait devenir chirurgicale. 

 

L’intérêt ? Nielsen et FMI projettent un marché de la commande en ligne de produits d'épicerie qui devrait quadrupler de 26 à 113 milliards de dollars aux US d’ici 2023… 2 ans.

Il devient donc urgent de traiter ces ordres d'achat le plus efficacement et économiquement possible pour une commande type de 60 produits moyens ... viande et fruits légumes inclus … et permettre une livraison actuellement standardisée à 1 heure aux US et à 30 minutes en Chine. C’est le standard actuellement imposé aux fournisseurs de services de picking / préparation commande / logistiques et entrepôt / microfulfillment d’acteurs comme Kroger, Albertsons, Walmart.

Des exigences clients de plus en plus difficiles à suivre digitalement, logistiquement, et économiquement parlant : fragmentations, impatience, exigences, élargissement des amplitudes horaires (en physique, clic & collect ou livraisons commandes en ligne) et impopularité de ruptures … et pour Amazon un ''supermarché'' n’est pas un Whole foods il livre des produits de plus grandes consommation, comme du Coca Cola par ex …

Alors c'est quoi le Microfullfiment ? Pour illustrer (hors Amazon) ... un premier exemple de Microfulfillment avec Fabric, une start up Israélienne et star de L'innovativ lab NRF 2020. 

Ici le modèle Fabric d'une start up de Tel Aviv vidéo ci après.
Ici le modèle Fabric d'une start up de Tel Aviv vidéo ci après.

Ici le modèle Fabric d'une start up de Tel Aviv vidéo ci après.

Fabric's Star du NRF 2020 sur l'Innovativ Lab.

Il semblerait donc bien que ce mode de gestion logistique de micro fulfillment soit adopté pour le nouveau et tant attendu ''supermarché'' Amazon de Woodlands Hills, une réponse d'Amazon face à un commerce conventionnel ''augmenté'' cher actuellement à Walmart.

Bref on commence à voir poindre un modèle de commerce qui s’appuiera donc sur un réseau de magasins physiques de proximité devenus matures et ‘’autonomes’’, capables de traiter une shopping-list digitalisée en prenant sur son propre stock pour une commande à distance à venir chercher sur place ou à livrer, dans un esprit ‘’commerçant’’ plus que d'enseigne … car il s’agit bien là pour moi d’une réponse de commerçant, le service étant la base de l'humain, la transparence et la confiance devant être reconstituée.

Magasins de proximité et micro fulfillment est le format d’avenir … 

En règle générale, le microfulfillment est donc utilisé pour permettre une exécution localisée en magasin pour ses commandes en ligne et il devrait être au coeur des nouveaux formats d'épicerie conventionnelles d'Amazon actuellement en construction à Los Angeles qui ne sera révolutionnaire que principalement sur le ‘’back office’’ et digital ‘’embedded’’. Amazon se rangerait il aux normes du commerce traditionnel ???

Les plans du futur Supermarché Amazon Woodland Hills Los Angeles.
Les plans du futur Supermarché Amazon Woodland Hills Los Angeles.

Les plans du futur Supermarché Amazon Woodland Hills Los Angeles.

Comment le sait t'on ? les plans déposés en mairie et les demadnes de vente d'alcool... !

Fait nouveau et qui étaye l'impression de normalité apparente de ce projet Amazon (mais déjà projetté à 12 ouverture en 2020 jusqute sur Los Angeles, un signe d'ambition cette révélation des derniers plans d’implantation Amazon retrouvés cette semaine qui fond clairement apparaître une zone ''fermée'' (20% de la surface magasin) d’un espace de microfulfillment robotisé en black store. Un retour à plus de magasin traditionnel mais doté d'une technologie le rendant autonome,  car Amazon craint (et n’arrive à pas à le contrer pour l’instant) le modèle 'pick up station'' de Walmart s’appuyant sur ses 4000 supermarkets ‘’physiques’’ et également répartis sur le territoire. 

Selon Hngry l'un de mes blog préféré sur la vente au détail de produits alimentaires  (aller sympas je vous livre mes secrets..) on voit bien cette section dédiée au «microfulfillment». Un espace de type mini entrepôt en mode gerbage en hauteur et surface de préparation logistique de commandes situé dans le magasins mais apparemmment fermé aux clients (contrairement à ce que l'on commence à voir aux US ex Whole foods ou Wegmans Brooklyn) et qui utilisent une technologie mixant robotique et humain pour sélectionner et récupérer automatiquement les produits pour constituer le ''panier''. Ce panier sera transmis ensuite à l'espace livraison la fameuse fenêtre identifiée par Reuters

Et scoop, ces centres de micro logistique intégrés seront réalisés avec la société spécialisée Dematic déjà partenaire d'Amazon ... magnéto Serge...

L'automatisation permet une densité de produits beaucoup plus élevée, et en hauteur, que celle qui peut normalement être stockée dans un espace confiné.

La solution de microfulfillment qui semblerait être adoptée est celle de DEMATIC est également en cours d'implémentation par le discounter du Midwestern Meijer, dans un espace de 7200 pieds carrés. Meijer fonctionnant sur un modèle 24/7. L'espace Dematic consacré dans les plans Woodland Hills (plan 2) contiendra des produits du magasin y compris des boissons alcoolisées et des aliments emballés.

Amazon semble donc avoir pris le partit sur la forme, et de revenir à des magasins plus classiques que ses précédents schémas ‘’disruptifs’’ ou même de schéma assez élitiste comme Whole Foods, afin qu'ils puissent exécuter rapidement et facilement les ordres de livraison et de click and collect en magasin, et exceller sur les datas et le fulfillment local.

Tandis que les épiciers historiques doivent rénover leurs emplacements existants pour s'adapter aux capacités de commande en ligne, donc s’équiper eux aussi de modules de micro fulfillment.

Et on l'a vu au NRF notamment chez Zebra et Azure IOT embedded, tout est fait actuellement par ces acteurs de logistique ''intelligente'' et robotisée pour l'adapter à des petits entrepôts de supermarché ... et le démocratiser qui peut le plus peut le moins. 


Les détaillants comme Walmart ou Target semblant retrouver le dynamisme qu’il leur manquait sur les ventes en lignes grâce au ‘’ramassage’’ (Click & Collect au US) et la livraison d'épicerie à domicile en partie parce qu'ils ont des magasins à travers le pays, donc on devrait être idéalement situé pour répondre aux exigences de nombreux foyers américains.

NRF 2020 : le futur d'un magasin 100% autonome... store et black store !

NRF 2020 : le futur d'un magasin 100% autonome... store et black store !

Amazon n'a pas de réseau comparable, mais s'il commence à ouvrir ce type de magasins optimisés pour la livraison et le ramassage en tirant partit de son expertise en commerce électronique pour créer une expérience supérieure, il pourrait convaincre les consommateurs de faire des achats d'épicerie de proximité numériquement avec lui. On sent donc qu'amazon se cherche encore, entre étendre le réseau Whole Foods, rien ne l'indique, et déployer Amazon Go dont les formats semblent limité aux achats de dépannage ou d'urgence. Et la solution sera entre ces deux acteurs qui se battent depuis 20 ans : on et off .. mais passant par le OFF. 

Au dela des plans révélés par HNGRY cette semaine, certaines photos prises par Reuters (voir mon post ici) de l'emplacement ont été rendues publiques, et montrait un magasin très classique mais dont la zone de ''relève'' de commandes certainement en prlogement de la zone de fulfillment était importante. Une ''zone d'enlévement'' commune aux clients, aux ''instacarters'' (personnal shopper de plate forme collboratives US) ou livreurs Prime. 

Les plans révèlent 7.200 pieds carrés (668 m2) à l'arrière du magasin où un centre de collecte robotisée se chargera du montage des éléments ambiants destinés à des ordres de picking en mode black store et de livraison.

L'installation compacte assemblerait des produits d'épicerie secs et d'autres articles de longue conservation souvent achetés, qui seraient ensuite combinés avec des aliments frais, surgelés et préparés en mode picking. Le permis autorise les heures d'ouverture de 6 heures à 2 heures du matin, ce qui impliquerait une livraison à la demande, permettant à Amazon de tirer parti de ses meilleures données data sur ce que les consommateurs recherchent pour les livrer avec une vitesse et une efficacité sans précédent.

Un modèle peut être né d'un constat d’échec … entre Amazon Fresh et Whole Foods, le leader de Seattle n’a pas encore trouvé la clé de ce marché qui combinera toujours la proximité clients via des emplacements physiques avec des plates formes de livraisons.

Le Microfulfillment future clé de succès des Supermarchés Amazon et du commerce de proxi.

Pas de plate-forme centrale, ni de proximité : l'avenir du commerce logisticien.

L’évolution est donc bien la résolution de tous les acteurs à une micro verticalité logistique, tout confier au magasin plutôt que d'exploiter un seul entrepôt industriel à l'extérieur d'une ville métropolitaine et cetralisant les commandes on line. Si ce test se révèle vrai et efficace, alors Amazon pourrait désormais tirer parti de cette technologie pour ouvrir des dizaines de petits magasins de quartier plus proches des clients, comme l'a rapporté WSJ en octobre dernier. D’ailleur on peut remarquer que Walmart à adopté la même stratégie en fermant sa plate-forme Jet.com de Brooklyn. Et même si Walmart n’est que peu représenté à NYC c’est un signe de rapatriement du fulfillment directement au magasin voir mon post ici.

Le Microfulfillment future clé de succès des Supermarchés Amazon et du commerce de proxi.

En conclusion : le Microfulfillment ? Comment ça marche ! Un mix robot et picking humain.

Plus qu’à température ambiante, et signe que ‘’tout ‘’ est prévu même les produits ‘’très’’ frais (à l’identique que le modèle Freshippo Chinois capable de livrer des homards vivants) … l’emplacement prévoit déjà des réfrigérateurs à viandes et le parcours est décrit.

# 1 / Les robots commencent par sélectionner tous les produits commandés par le client dans les allées d’entrepots microfulfillment à température ambiante.

# 2 / Picking manuel dans les réfrigérateurs-armoires de produits laitiers, suivi des viandes, fruits légumes sur les produits ‘’frais’’ non secs.

#3 / Picking manuel (en magasin?) des articles moins courants qui peuvent devoir provenir de l'inventaire de la maison (entretiens, DPH)

#4 / Ajout de tout aliment ‘’cooking’’ pré-préparé dans une cuisine dédiée (ex produit traiteur dans les Amazon GO)

# 5 / Enfin, la commande est acheminé vers la zone de transit adjacente où elle peut être remise à un livreur ou à un client Amazon pour être soldée.

Amazon stocke déjà ses entrepôts centralisés avec des produits qu'elle sait que vous commanderez dans un avenir proche.

Enfin en cachant ces centres de microfullfilment dans les épiceries du quartier au dernier kilomètre du consommateur, il peut tirer parti de cette même IA prédictive pour stocker de manière proactive la nourriture dans les allées avec des navettes robotisées. 

Le commerce rentre dans un age plus mature ou ni le on ni le off n'auront gagné (pour les produits frais et groceries) seul un modèle hybride repondra aux nouvelles attentes. 

Sources :  HNGRY / https://www.hngry.tv/ WSJ / Reuters / Busines Insider.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article