Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

Publié le par le-furet-du-retail

Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

En décidant l’arrêt des livraisons de produits d’épicerie fraîche via sa filiale Jet.com sur la ville de New York, Walmart envoie pour moi deux signes interessants.

" Walmart a annoncé vendredi qu’il arrête la livraison de produits d’épicerie fraîche en test depuis un an sur New York par Jet.com, et se consacrera sur les catégories sèches et les produits food hors frais. Alors qu’un centre de distribution avait été consacré à cette catégorie dans le Bronx, celui si fermera, Jet.com avouant que ces catégories ne représentent qu’une toute petite partie de ses affaires.'' cite la CNBC ce vendredi.

Certes New York reste une place compliquée puisque l’enseigne n’y compte que 3 supercenters très excentrés et subit une domination locale du pionnier de la livraison spécialisée en épicerie fraîche ‘’Freshdirect’’ crée en 1999, et je ne parle pas d’Amazon Prime Now.

Mais avec du recul cela va dans le sens de ma réflexion personnelle du moment sur l’avénement du commerce ‘’hybride’’ avec des magasins 100% autonome, et c'est en partie un clé du retour en grâce des Walmart, Target, Kroger depuis 2 ans. 

Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

# 1 / Et si une plate-forme de e-commerce XXL et capable de livrer en volume une offre équivalente à celle d’un supercenter Walmart et dans des délais express n’était finalement pas totalement inadaptée à l'évolution actuelle des contraintes?

Le premier signe ne serait-il le constat par Walmart qu’une plate-forme logistique dédiée classiquement au e-commerce ‘’de masse’’ était inadaptée pour des commandes plus ‘’chirurgicales’’ et sensibles comme les produits frais en ‘’same day delivery’’ en métropole? Car de nouvelles habitudes s'installent notamment la fragmentation des achats générée par une surenchère d'accessibilité à l’offre Food notamment via le mobile pour les foyers urbains. Donc : faibles paniers moyens et immédiateté de livraisons n’arrangent pas se type ‘’d’usine’’ à livraisons. N'oublions pas nous sommes les premiers en tant que client à être responsable de cette ''chirurgicalisation'' ;°).

Car devant cette surenchère d’exigences clients en terme de délais de livraison et les crises d’urticaires produites par la moindre rupture de stock, et notamment sur les produits frais, les process sont difficilement robotisables. Seul le modèle ultra-robotisé Ocado partenaires de Kroger aux Etat Unis ( et Casino Monoprix en France) et Fresh direct semble avoir trouver le business model… en vente directe. Mais là aussi la prestation Ocado en marque blanche semble poser problème et notamment pour Kroger dont les actionnaires semblent septiques sur l’efficacité court terme. Lire ici.

Donc globaliser la logisitique … la rendre plus efficace par le gigantisme ???? et conçues pour des formats de courses de "fond de placard hebdomadaires'' de moins en moins privilégiés par les nouveaux foyers ... on peut peut-être réfléchir autrement.

Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

# 2 / La généralisation du modèle du magasin hybride 100% autonome … et en mode picking.

Privilégié par les indépendants U et ITM dès 2011, ce mode fut décrié en France (j'avoue même par moi dans ce blog en 2012 lire ici ) lors de la montée en puissance des drive (2014 / 2015) car elle semblait assez illogique : mettre des produits en rayon le matin pour ensuite les retirer durant la journée pour les mettre dans un sac de livraison … sans compter le dérangement des clients en magasins et des ruptures provoquées par les ventes en ligne. Mais finalement à fortiori aux USA où les Walmart sont XXL on peut penser que cette alternative à un ‘’entrepôt’’ même accolé puisse être plébiscité. 

"Nous avons beaucoup appris en testant la livraison d'épicerie fraîche Jet à New York, et nous avons reconnu le rôle important que jouent nos magasins pour fournir un moyen efficace de proposer de l'épicerie à ses clients grâce au ramassage (drive ou click and collecte aux US) et à la livraison", a déclaré un porte-parole de Walmart à CNBC.

Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.
Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.
Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.
Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.
Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.
Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

De plus si on se dirige vers des magasins entrepôts et ''daily-logisiticiens'', c’est bien sûr le tissu local de ‘’boutiques’’ sur l’ensemble du territoire américain – 3500 supercenters Walmart – qui devrait  faire la différence face aux pure players. En les rendant autonomes dans la gestion de leurs commandes et ventes ON/OFF à fortiori face à un Amazon qui peinent sérieusement sur ces catégories ‘’fresh’’ (et a du réinvestir 800 000 000 de $ en octobre pour généraliser le ‘’one day delivery’’ et contrer l’offensive de Walmart) en s'appuyant sur leur présence physique localement.

 Je suis personnellement en réflexion sur ce schéma de magasins hybrides autonomes depuis que j’avais découvert en 2017 le mode de fonctionnement de Freshyppo (anciennement Hema) du groupe Alibaba : 60% des ventes du magasin se font en ligne et sont livrées directement par le magasin.

Conclusion : un business modèle pour commerçants hybride, augmenté, vivant sur ses propres ventes on et off et en compte ‘’consolidé’’. Même si certes pour l’instant le format d’un Freshhyppo n’est pas celui d’un Walmart.. mais la philosophie doit devenir la même.

Walmart se dirige t’il vers une généralisation de ses magasins en mode ‘’picking’’ 100% autonomes.

Et qu’en dit Target du mode Picking ?

Lorsque une commande client est livrés par nos magasins ... cela ressemble beaucoup plus à l’économie des magasins”, a déclaré le directeur général, Brian Cornell, lors d’une interview sur ” Squawk Box ” avec Becky Quick de CNBC . ''Lorsque Target remplit une commande en ligne depuis le fond de ses magasins, par opposition à un centre de distribution environ 40% du coût disparaissait”, a-t-il déclaré et ''lorsque les clients commandent en ligne et privilégient le retrait en magasin en utilisant la collecte sélective ou via Shipt le partenaires logistique et ‘’personnal shopper'' de Target … environ 90% du coût s’en va! ” CQFD.

«Nous aimons certainement cela» a-t-il déclaré. De même, Walmart a ajouté le ramassage en magasin (traduire Click and Collect en France) pour les commandes d’épicerie, qui est maintenant disponible dans 3 100 magasins.

Et on peut soutenir que c’est le seul domaine dans lequel Amazon ne peut concurrencer à la même taille et à la même échelle. Il ne dispose pas d’un réseau de magasins, comme Target et Walmart, où les acheteurs peuvent prendre leurs commandes. Mais elle a ajouté des casiers Amazon à ses épiceries et centres commerciaux Whole Foods. Pas aussi efficace et moins relations humaines.

A revoir le très drôle film Walmart ventant les vertus du mode ''pick up station''. A noter .. la disparition de Every Day Low Price dans la signature de l'enseigne.

En conclusion :

Une généralisation du mode ‘’picking’’ avec des équipes de ‘’pickers’’ connectés (comme Freshyppo ex Hema) pour la préparation des commandes sur le stock du magasin voire directement en rayon, en privilégiant le mode ‘’clic and collect’’ afin de faire venir le client en magasin plutôt que de le livrer, et un service de livraison directement rattaché au magasin classique, et en partenariat également avec des plate-formes collaborative type Instacart ou Shipt …. La martingale du nouveau commerce.

La livraison de produits frais sera bien l’arbitre du futur du commerce … Et n'oubliez pas ''pour être bon en commerce physique, il faut être excellent sur le web !''

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article