Les Américains de plus en plus inquiets de la nuisance d'Amazon sur leur ''small business'', commerce de détail en tête.

Publié le par le-furet-du-retail

 

Amazon n’aurait plus la côte auprès des américains qui le perçoivent de plus en plus comme un destructeur de ''small business'' terme générique aux Etats Unis pour parler de l'activité des TPI, TPE, PME, Prof. Libérales, Retailers ... et défendue par la Small Business Administration, une agence indépendante du gouvernement Américain… 

La réalité remonte à la surface et il est de plus en plus vrai que les Américains voient de plus en plus un danger dans la domination d'Amazon sur le commerce de détail et les petites entreprises.

Si l’on en croit le dernier sondage CNBC Monkey Survey Small Business qui interroge chaque trimestre depuis 2017 des patrons de petites entreprises sur leur activité, et des citoyens sur leur sentiment général vs le ''small business'' (10 000 Personnes interrogées dont 2300 patrons de PME - réalisé du 29 juillet au 4 aout 2019 ) la tendance n'est pas bonne du tout pour Amazon, que les américains auraient put croire puissant ''allié'' des petites entreprises dans un premier temps, mais qui se révèle petit à petit comme leur futur bourreau : voir l'exemple de la taxe qui leur a été imposée à l'occasion des Prime Days 2019 si leurs ventes n'étaient pas suffisantes. 

D'abord et indépendamment de ce sondage CNBC T3 2019 un 1er signe étonnant et encourageant dans ce souci de préserver le ‘’petit commerce’’ : seuls 20% des américains on fait un achat lors des Prime Days 2019, alors qu’ils étaient 44% à l’avoir fait lors du Small Business Saturday organisé depuis 6 ans le lendemain du black Friday et destiné à favoriser le ‘’petit commerce’’ durant cette période où les acteurs de vente en ligne les mettent à mal.  

Les Américains de plus en plus inquiets de la nuisance d'Amazon sur leur ''small business'', commerce de détail en tête.

Mais revenons au coeur du sujet avec cette enquète référente CNBC du 3ème trimestre 2019 qui révèle pour la première fois depuis sa création en 2017 un fort ressentiment des Américains envers Amazon et sur sa nuisance sur les petites entreprises dont le commerce de détail : puisque 59% ont déclaré qu’Amazon était mauvais pour le Small Business … 3 fois plus que ceux qui pensent le contraire c’est-à-dire 20% qui pensent au contraire qu'Amazon est bon partenaire pour les petites entreprises. Et le changement d'opinion semble lent mais inéluctable et ''hors phénomène conjoncturel'': en 2017 l’opinion était presque partagée, 33% des sondés pensaient qu'Amazon était ‘’bon pour le small business’’ contre 37% ‘’mauvais pour le small business’’ . En 2018 début de la bascule : 28% des sondés pensaient qu'Amazon était ‘’bon pour le small business’’ contre 47% ‘’mauvais pour le small business’’ . Et 2019 pour rappel  : 20% ''bon'' contre 59% ''mauvais'' pour le small business.

 

https://fm-static.cnbc.com/awsmedia/chart/2019/7/8/amazon-good-for-biz.1565295142876.png

 

Cela indique bien que le glissement vers le pessimisme des américains sur le rôle ''bienfaiteur'' d'Amazon pour les petits entrepreneurs est constant, et pas un déclin dramatique causé par un événement particulier, par ex les élections... Il est vrai que pendant quelques temps, Amazon fut l'acteur qui pouvait permettre aux petites entreprises d'accéder à ses 300 000 000 d'utilisateurs actifs et 100 000 000 d'abonnés Prime aux US ... et d'espérer accéder à des volumes de ventes on line face à un déclin du commerce physique et passer au ''business augmenté'' pas le on line. Mais les citoyens américains ne semblent plus dupes, même si le consommateur peut être parfois en contradiction entre ses deux ''moi'' : le moi citoyen et le moi consommateur. Amazon peut être un moteur et protecteur du small business mais il va falloir mettre plus de moralité dans sa façon de faire. 

Et en période pré-électorale il est intéressant de voir que Républicains et Démocrates ont à peu près le même sentiment sur la probabilité qu’Amazon soit néfaste pour les petites entreprises … respectivement à 64% et 62%, ce qui est à mon avis colossal vu l’écart de score entre le ‘’peuple’’ américains ( 59%) et les acteurs politiques tus actuellement soucieux d’en découdre avec les GAFA, et prouvant que la tendance à la baisse observée ces deux dernières années se maintient au-delà des frontières des partis ou simplement de la finance ou de économique.

Qu’elles soient influencées par la politique ou non, les attitudes changeantes du public peuvent refléter une modification de la compréhension de leur rôle en tant que consommateurs.

Dans l’ensemble, le public est de plus en plus conscient des compromis auxquels il est contraint lorsque de grandes entreprises technologiques prennent un rôle trop important dans leur vie. Un récent sondage réalisé par le Pew Research Center a révélé une forte baisse du nombre de personnes affirmant que les entreprises de technologie ont un impact positif sur la façon dont les choses se passent dans le pays entre 2015 et 2019. Les avis et attitudes changeantes du public peuvent refléter une modification de la compréhension de leur rôle en tant que consommateurs. Les entreprises technologiques - y compris Amazon, ainsi que d’autres sociétés telles que Facebook , Google et Apple - ont finalement commencé à attirer une attention négative par leur monopolisation de certains marchés. Plus tôt cet été, la Commission fédérale du commerce a annoncé qu’elle enquêterait sur ses pratiques anticoncurrentielles pour Amazon, reconnaissant ainsi que son pouvoir concentré avait désavantagé les petites entreprises.

 

Les PME TPI et acteurs du ‘’small business’’ c’est nous le peuple américain ! Et ils ne sont plus que 15% à penser qu’Amazon n’a aucun effet sur l’activité des petites entreprises.

Certes Amazon est souvent le premier ou le seul endroit auquel les gens pensent quand ils veulent acheter quelque chose en ligne. Pour l’américain moyen il est donc de moins en moins sensé de dire qu’Amazon n’a pas d’incidence sur les petites entreprises. En 2017 ils étaient 25% ‘’seulement ‘’ à déclarer que le leader de Seattle n’avait aucun effet sur l’activité des petites entreprises… ils étaient 21% en 2018 et seulement 15% en 2019… Les américains se mettent du côté du ‘’petit’’ dans ce combat significatif de notre siècle avec cette question qui fera débat ...  "doit t’on attendre de l’éthique de la part des GAFAS et d’Amazon en particulier ?''. Non, son rôle de fournisseur de produits en ''one day''’’ est rempli mais cela ne nous plaira de moins en moins que cela se face au détriment de ce qui est ‘’notre petit travail’’. La menace d’Amazon devient une menace existentielle. 

Pour sa défense, dans une déclaration à CNBC, Amazon a répondu: « Nous sommes conscients que nous pouvons faire plus pour aider les gens à voir toutes les façons par lesquelles Amazon aide les petites entreprises, et nous y travaillons. Nous sommes fiers de la manière dont nous autonomisons 1,9 million d’entreprises américaines indépendantes. Les détaillants indépendants - principalement les petites et moyennes entreprises - représentent plus de 58% des ventes sur Amazon. Ces entreprises ont réalisé un chiffre d’affaires de 160 milliards de dollars en 2018 seulement. En moyenne, ils vendent plus de 4 000 articles à la minute sur Amazon.com et, dans le monde entier, les petites et moyennes entreprises qui vendent dans nos magasins ont créé environ 1,6 million d’emplois.

Enfin on peut espérer que les états interviennent plus rapidement et violemment que prévu sur le simple fait fiscal : car le small business lui paie ses impots et ses taxes ... et Amazon... ??? La loi du plus fort jusqu'à quand ? 

Source : Laura Wronski, chercheuse principale, SurveyMonkey

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aide à la personne en besoin 23/10/2019 13:22

Aide à la personne en besoin


Bonjour
Je suis un spécialiste française qui offre des prêts à l'étranger, sauf dans
les pays d'Afrique. avec un capital qui sera utilisé pour accorder des
prêts entre particuliers, à court et à long terme, allant de 2.000 € à 5.000.000 d'euros pour que toutes les personnes sérieuses aient réellement
besoin:

Nous faisons des prêts financiers - Prêt immobilier - Prêt Investissement
Prêt de voiture. Je suis disponible pour servir mes clients dans un délai maximum de 72 heures sur réception de votre formulaire de demande financière: MAIL : christianapicaro@gmail.com