Zalando va s'appuyer sur les stocks de magasins de proximité.

Publié le par le-furet-du-retail

Zalando va s'appuyer sur les stocks de magasins de proximité.

Zalando va-t-il inventer un nouveau type de points de collecte ‘’dynamiques’’ et devenir ainsi futur partenaire des commerces de proximité ? C’est possible et en tout cas, à lire le post de nos amis du magazine on-line LSA, en phase de test rapidement . En ouvrant une dizaine de points et initialement testé avec les ‘’Adidas store’’ à Berlin, Zalando ouvre une nouvelle brèche dans la manière de traiter le fameux ‘’dernier mètre’’ et notamment en s’appuyant sur les stocks de magasins de proximité ‘’partenaires’’.

Qu’est-ce que cela veut dire ? Reprenons l’histoire.

Il est inutile de dire que malgré le scepticisme répandu par tout un chacun sur le modèle de cette place de marché allemande, Zalando cartonne et a pris une place importante dans le secteur de l’habillement au sens large en France et en Europe. Le classement du dernier baromètre de la Valeur Shopper de l’observatoire Shoppermind Altavia le place même en 2ème enseigne préférée des Français (derrière Décathlon) et première dans le cœur des Italiens, pays de la mode, sur ce secteur ... (cf. classement Baromètre en fin de ce post)

Et même si acheter ses ‘’vêtements et chaussures en ligne’’ pouvait paraître impossible sur internet, et décrié par ceux qui ne croyaient pas dans le modèle, c’était oublier que durant des années, les VADistes la Redoute et les 3 Suisses tenaient le haut du panier sur ce marché… nos mères et grands-mères achetait le ‘’courant ‘’ en vente à distance, la Redoute inventait le 48h chrono et les ‘’relais colis’’…

Donc aucune surprise, nous avons simplement changé de canal. D’après LSA, Zalando teste donc un nouveau modèle de retraits de produits achetés en ligne dans retiré dans des magasins partenaires et pris directement sur les stocks du magasin. L'option sera proposée aux clients lors de leurs commandes si le produit est disponible dans un magasin partenaire le plus proche du domicile du client, (ce qui implique un croisement des stocks physique du magasin avec le stock entrepôt du pure player) Zalando offrirait la possibilité de le retirer directement en magasin, en plus des solutions classiques.

C’est donc un ‘’click and collect ‘’ gagnant / gagnant entre un pure player et un magasin indépendant ou en réseau par la suite mais pour l’instant l’histoire ne le dit pas.

Zalando va s'appuyer sur les stocks de magasins de proximité.

L’avantage est multiple à plusieurs niveau et pour les 3 acteurs : clients / magasins de proximité ou réseaux / Zalando.

# Pour les magasins de proximité :

- Que ce soient des commerçants indépendants ou des enseignes à ‘’réseaux’’, rentrer dans la boucle du e-business avec un leader pour générer de la création de trafic utile (ne sous-estimons pas la capacité des pure players en volume) et du business est primordiale. Car créatrice de liens futurs et autrement plus valorisante qu’une simple remise d'un colis à une personne avec une signature électronique.

Là une relation de proximité, initiée par Zalando, peut se créer entre un client et un ‘’commerçant’’ physique et qui peut reprendre la main pour le ‘’final touch’’. Inutile de dire que je fais confiance à Zalando pour offrir à ses magasins partenaires indépendants un ‘’complément virtuel’’ de leur boutique sur la place de marché, et passer ainsi au mode multi canal. Les nouvelles générations de commerçants ‘’non embourgeoisés’’ en sont friands. Et les enseignes orientées ‘’centre commerciaux’’ comme Celio l’ont compris depuis longtemps et vendent déjà sur les places de marchés. Que Zalando ‘’tape’’ dans leur stock demain ne les dérangera pas sous réserve que le retrait (pas la vente qui se fera toujours en ligne) se fasse en magasin.

# Pour Zalando…

- Encore une fois j’ai toujours été convaincu que les pure player n’ouvriront jamais leur propres ''magasins'', Spartoo est une exception, Zalando comme Amazon n’en aura pas besoin et ce n’est pas son métier … mais ils devront ré-inventer de nouveaux modèles pour ‘’exister’’ physiquement, et toujours assurer un parcours sans couture et la création d’un lien ‘’humanisé’’. Relisez mon précédent post sur les Amazon stores, 400 unités qui de développent aux Etats Unis. Avec ce test, le pure player allemand s’appuie sur des magasins existants et en mal de modèle économique… Mais pour Zalando parler en ‘’sauveur du commerce de proximité’’ serait abusif, mais en tout cas en ‘’apporteur de solution’’. Dans la philosophie, on retrouve un modèle d’ailleurs plus proche de Tmall Alibaba que Amazon à mon avis et connaissant les deux modèles. Même si je suis tombé sur un post très intéressant sur un pop up store Zalando très riche en expérience à Bruxelles comme le décrit la blogueuse Nini mais en .. 2013 (voir lien en fin de post)

# Pour le client :

- il découvre ou redécouvre de nouveaux magasins, sous un label sécurisant Zalando, et avec une largeur d’offre incomparable dans la vrai vie. Et en fonction de ce que l’on veut, la place de marché nous oriente vers un magasin… une relation s’installe et le ‘’tueur’’ de petits commerces se positionne en nouveau modèle social…

A suivre...

Zalando va s'appuyer sur les stocks de magasins de proximité.
Baromètre de la Valeur Shopper Shoppermind / Altavia 2016.

Baromètre de la Valeur Shopper Shoppermind / Altavia 2016.

Commenter cet article