Et si les clients du commerce commençaient à se passer des banques ???

Publié le par le-furet-du-retail

Et si les clients du commerce commençaient à se passer des banques ???

Petit billet de réflexion prospective : Dernières institutions encore relativement épargnées par le tsunami digital, les ‘’Banques’’ gérant nos comptes courants et notre budget familial devraient rapidement commencer à être touchées comme tout le monde par ce que j’appelle ‘’l’œil du cyclone’ numérique ou collaboratif.

Car sur ce secteur bancaire (et peut être plus que les autres) l'abus d'exploitation de la captivité de la clientèle, devenue par obligation ''passive'' voire ''craintive'', peut exploser sous la poussée de modèles de transaction alternatifs à un système bancaire historiquement fermé, et à souplesse d'usage limitée.

Imaginez si nous redevenions ''libres d'engagements'' sur une part importante de nos budgets alimentaires et de fonctionnement de nos foyers. En gros ''sortir'' les sommes qui sont dédiées à nos achats courants alimentaires et de fonctionnement de notre foyer pour les confier à un tiers plus ''facilitateur'' voire plus ''rémunérateur''.

Et là il peut y avoir beaucoup de monde intéressé ... Sachant que depuis 10 ans, et avec ces grands chamboulements liés à la numérisation des marchés où à l'économie collaborative, chaque expérience ''inédite'' proposée aux consommateurs peut vite devenir une habitude pour les foyers avides de nouvelles expériences.

Un signe de ces bouleversements fondamentaux déjà profondément ancré ? La ''propriété''. Pour les millenials (18 / 35 ans) et contrairement à leur parents... posséder sa voiture est devenu l'exception "25 years from now, Car sharing will be the norm, and car ownership an anomaly''. Jeremy Rifkin économist pour Goldmann Sachs Investiment Research.

Hier Ubérisation, AirB&Brérisation, Blabacarisation se sont imposés comme nouveaux référents … et demain quels services bancaires pour satisfaire des foyers ‘’Tech & collaborativ adeptes’’ et ''millenials'' en mal d'indépendance et d'engagement de la part des ''institutions''.

# Première question : à terme aurons-nous réellement besoin d'une banque pour toutes nos transactions, et notamment celle dédiées à nos achats courants ?

Imaginez donc que tous les mois vous confiez une partie de vos revenus à un tiers autre que votre banque... c'est par ex. ce que font déjà les Chinois avec Alipay, voir ci après, ou Apple prochainement avec Carrefour banque peut être ??? par ex ... Pas si impossible car il n’est pas un jour sans que l’on n’entende parler d'émergence de modes alternatifs financiers, compte Nickel, Apple Pay, prêts aux particuliers collaboratifs … Le dernier en date étant la signature de Apple avec Carrefour, même si certes pour l'instant l'argent reste sur votre compte courant...

La transaction passera de plus en plus par un tiers ''intéressé'' par ce flux financier pour vous fidéliser ou vous vendre les services associés. Et si c'est le commerçant ... tous les loyalty program de ces concurrents seront sérieusement mis à mal. Et cela ne marchera évidemment que si cet argent peut être aussi dépensé ailleurs que chez le tiers. C'est le cas d'Alipay car ce système est utilisable partout en dehors du groupe Alibaba.

La tentation de vouloir capter globalement ce budget en amont par les commerçants devrait donc devenir de plus en plus tentant... sachant que sur l'exemple cité Carrefour offre à Apple cette opportunité d'être à la fois distributeur et propriétaire de sa propre banque... Un service réservé en priorité à ses 2 500 000 possesseurs de cartes Carrefour pass mastercard.

# Un autre exemple bien Français très intéressant et pas que pour les ''laisser pour comptes'' est le best practice compte Nickel acteur pionnier du ''compte sans banque'' qui vient de passer le cap des 316 000 utilisateurs en Mai 2016. Vous déposez une somme sur un compte virtuel ouvert dans un bureau de tabac et vous disposez d'un moyen de paiement carte Mastercard, virement, France, Etranger...

# Encore un exemple ? Samsung Pay qui signe avec Ant Financial Alibaba et Ali pay. Le mariage de deux ennemis ayant chacun pour vocation à être tiers payeur en Chine ? Non un partenariat intelligent : Samsung voit ses parts de marché baisser en Chine, et Alipay veut exporter son mode de paiement notamment pour accompagner les 150 000 000 de Chinois voyageant à l'extérieur de la Chine. S'allier est donc important.

# la star des case study et qui m'interpelle reste ce même Alipay (Ant Financial groupe Alibaba) qui propose à ses 450 000 000 de clients actifs de basculer directement 30% à 50% de leur salaire en début de mois pour les achats courants sur les sites Tmall / Taobao ou ailleurs ... et de leur rémunérer... de leur proposer de la micro épargne et maintenant - fait rare en Chine - les micro crédits ... et même si l'immobilisation est de quelques jours.. imaginez la masse globale.

# en 2015 Apple pay qui ne pouvait pas se permettre de ne pas être présent sur ce continent a signé avec Union Pay le consortium de 157 banques (3ème acteur transactionnel ''commerçant'' en chine ...) et à vu 30 000 000 de comptes particuliers s'ouvrir dès les premières 24 heures de ce partenariat.

# Enfin, retour aux états unis où dès février 2015 Apple pay est devenu le Tiers officiel de la maison blanche pour les règlements administratifs... et même les salaires des ''fonctionnaires'' américains qui le souhaitent peuvent maintenant versé directement sur leur compte Apple Pay voir http://www.le-furet-du-retail.com/2015/02/la-maison-blanche-choisit-applepay-qui-marque-un-tres-tres-gros-coup.html

Alors oui si l'on pousse le raisonnement : on peut donc sérieusement commencer à se poser la question ! Cette partie ''fonctionnement'' de notre budget familial a-t-elle besoin à terme de passer par nos banques ... pour l'instant même si les tiers se développent, les fonds restent dans les banques mais jusqu'à quand???? Certains sont convaincus que non.

Par exemple les Millenials qui sont 73% à avouer être plus réceptifs aux services en lignes des Gafa Apple, Amazon, Google que de leur banque... (sources BBVA) et 14% pensent que les GAFA Google et autre Facebook vont devenir des institutions financières et ‘’remplaceront à terme’’ les banques traditionnelles (sources Fintonic Nov. 2015).

Et le best practice à suivre actuellement sur ce point est celui de l'ex leader mondial du commerce, mais toujours leader mondial du click and mortar Walmart qui termine sa phase de test de Walmart Pay et devrait déployer ce service de paiement en magasin via mobile sur l'ensemble de son réseau avant la fin de l'été (pour rappel il y a 11 000 magasins Walmart dans le monde!).

Walmart déclare que suite à la phase test les résultats sont confondants : 80% de l’utilisation de ce service qui permet de payer via son mobile en magasin vient des clients ‘’réguliers’’… la loi des 80/20. Ce qui pourrait faire dire que l'on investit sur des gens ''qui viennent déjà chez Walmart'' donc inutile ... mais compte tenu de l'érosion des fréquentations et de la concurrence du on line, c'est un argument essentiel. « Nous cherchons toujours à apprendre de nos clients », a déclaré Molly Blakeman, porte-parole de Walmart. « Leurs commentaires sur la façon dont nous pouvons améliorer et construire sur Walmart Pay est essentiel ».

Mais les meilleures commentaires que nous ayons reçu portent sur la simplicité du service», dit-elle. « Nous ne pouvons encore rien divulguer, mais je peux vous dire que lorsque les clients utilisent Walmart Pay, ils aiment ça et continuer à l'utiliser. Ce que l’on peut déjà dire c’est que nous savons que nos clients veulent gagner non seulement de l'argent, mais du temps aussi » déclare Mme Blakeman. « C’est sur ce binôme argent / temps que nous développons Walmart Pay - un moyen sûr, facile et pratique pour nos clients de payer avec leur smartphone dans nos magasins ».

« Walmart mobile Pay ne ressemble à aucune autre solution de paiement disponibles aujourd'hui » dit-elle. « Avec Walmart Pay, Walmart devient le seul détaillant à offrir sa propre solution de paiement qui fonctionne avec tous les appareils iOS ou Android, sur toutes nos lignes de caisses – et en rayons / shop in shop délocalisés NDLR - et avec un volet de services crédit majeur, le débit différé, le prépayé ou les carte-cadeaux dématérialisées - un outil que nous voyons devenir le contrôle à distance par nos clients de l’ensemble de leur parcours d’achat.

''Votre argent nous intéresse''... ne sera plus le seul discours des banques.

Publié dans m-payment, billet d'humeur

Commenter cet article