Amazon Prime Now ... même en Inde ! Bangalore à ouvert jeudi.

Publié le par le-furet-du-retail

Amazon Prime Now ... même en Inde ! Bangalore à ouvert jeudi.

On parle de Paris, Londres Berlin … mais Amazon Prime Now est également testé par le géant de Seattle dans des conjonctures autrement plus compliquées, économiquement et administrativement parlant comme par exemple à Bangalore en Inde où le service à été lancé Jeudi dernier et accessible via une appli Android.

On peut donc déjà imaginer ce que pense Amazon de la réaction protectionniste de la Maire de Paris s’offusquant de ''ne pas avoir été suffisamment prévenu tôt'' et ''s’inquiétant pour le petit commerce parisien'' … Bref des problèmes de riches que personnellement je trouve totalement déplacés. Le monde avance avec ou sans Mme Hidalgo.

Car ce sont actuellement déjà 44 villes au monde qui sont déjà couvertes par ce service intermédiaire et annonciateur d’Amazon Fresh. Et cela un an et demi après la création de ce service à New York par Amazon. Donc certes cela va faire bouger les lignes du commerce urbain ... et encore donner de nouveau référents aux consommateurs du monde entier, mais lorsque l'on sait que Amazon ou les pure players de la nouvelle économie s'engouffrent dans des failles béantes, souvent de services, laissées parfois par la ''old économie''... il fallait y penser avant.

Et comme en France l’offre Prime Now à Bangalore est constituée de produits de fond de rayon ‘’épicerie’’ (présents depuis le mois de février sur Amazon.in) et de compléments ‘’frais’’ fruits et légume achetés directement sur les marchés locaux.

Dans un e-mail adressé à ses clients Amazon.in précise bien ce point de réassurance, mais également pour faire passer le message qu’Amazon fait fonctionner le commerce local depuis le lancement de la boutique ‘’épicerie’’ et maintenant avec Prime Now, plus qu’elle n’a vocation à le détruire.

Amazon Prime Now ... même en Inde ! Bangalore à ouvert jeudi.

La livraison est par contre là-bas annoncée en deux heures compte tenu de l’infrastructure des villes considérée comme complexe par Amazon et par le niveau économique de la population. Ici où en tout cas ou pas encore, pas de livraison en 1 heure à 5€90.

Et Amazon parle prudemment de ''tests'' car en Inde des acteurs sont déjà bien implantés comme FLipkart ou Bigbasket car la livraison de courses a toujours été un sujet prioritaire pour les entreprises de commerce électronique en Inde compte tenu de la densité de la population et des infrastructures. C’est un marché parfait pour la vente en ligne, même si les foyers indiens sont toujours habitués à privilégier les magasins d’alimentation générale à dimension familiale et qui ont toujours et sur simple coup de téléphone su livrer leurs clients, gratuitement et même en leur accordant souvent crédit.

D'après les acteurs locaux déjà implanté, Flipkart, Paytm, Ola, Bigbasket, Snapdeal et qui souffrent, Amazon s'attaque à un ''casse tête'' où beaucoup se sont cassé les dents. Certes Amazon à réduit le risque en limitant l'offre d'abord à certains quartiers et zones mais l'annonce jeudi du développement de son service la met en position de ''start up'' qui doit tout redécouvrir. Mais sa richesse risque de faire la différence car la rentabilité en Inde mettra du temps à arriver.

Enfin Amazon profite d’une évolution récente de la législation Indienne sur les commerçants étrangers.

Amazon semble foncer pour profiter d’un assouplissement des règles imposées par le gouvernement Indien qui seulement 3 jours plus tôt aannoncé des mesures de clémences vis-à-vis des investisseurs étrangers, y compris alimentaires, permettant de stocker et de vendre de la nourriture directement aux clients, ce qu’elles ne pouvaient faire auparavant sans intermédiaires locaux. Amazon et Walmart étant les premiers concernés, pouvant enfin intervenir en tant que ‘’vendeur’’ sans avoir à recourir à des tiers locaux.

Amazon Prime Now ... même en Inde ! Bangalore à ouvert jeudi.
Amazon Prime Now ... même en Inde ! Bangalore à ouvert jeudi.

Publié dans Amazon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article