Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.

Publié le par le-furet-du-retail

Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.

Bien que connue et ''discutée'' dans les couloirs depuis quelques temps entre gens ''initiés'' du milieu du commerce, l'info officielle est tombée hier via notre magazine préféré LSA : "Carrefour prendrait 100% du capital de rue du commerce" . Au-delà des modalités de cette acquisition et au milieu des bagarres stériles et basiques entre enseigne franco françaises se résumant bien souvent à la ''guerre des prix'', aux coupons de réduction, et aux ''comparateurs de prix'' auxquels les clients ne croient plus... Carrefour repositionne le débat et resitue son niveau de réflexion un cran au dessus et sur le combat des enseignes Françaises dans un cadre plus global d'''omniretail'' et transfrontalier. Certes elles ont mis du temps à rentrer dans l'acceptation "que le commerce ne reviendrait plus à des schémas calqués sur le passé"... mais - ouf ! - souhaitent continuer à jouer un rôle majeur dans le commerce ''international''.

Deux catégories d'enseignes ''made in France'' continuent de se distinguer, ce qui va replacer les niveaux de comparaisons sur le plan ''global''.

# les ''locales'' Leclerc, Intermarché, Système U... leurs ambitions au delà de nos frontières sont inexistantes et ce ne sera jamais semble t'il leur volonté. Cela sera dur pour eux, mais ils devraient se cantonner au ''local''.

# celles à vocations ''internationales'' Carrefour, Auchan, Casino ... ce qui était déjà connu mais devait absolument prendre une autre dimension sur le plan du commerce dématérialisé.

Dans ce cadre omni et transfrontalier, comment concevoir aujourd'hui que le N° 3 mondial du commerce Carrefour - derrière Wal-Mart et Costco - ne puisse pas envisager de se lancer dans cette aventure : avoir sa propre place de marché... impossible.

Sachant que ce classement mondial devrait connaître encore des modifications fondamentales rapidement et donc faire ''plonger'' les ''brick & mortar" vs les pure players. A terme, Carrefour pourrait se trouver même si elle est performante à la 6 ème place ???? Jack Ma CEO et fondateur de Alibaba avouant à Davos en 2015 qu'il pensait passer leader mondial en volume d'affaires devant Wal-Mart d'ici à 10 ans (je pense personnellement que cela sera en 2018 ....) et prépare son offensive Européenne de plateforme de ''market place'' à disposition des marques et distributeurs locaux.

Compte tenu de l'importance de l'influence qu'a pris l'internet ''sans frontière'' sur le comportement des clients, mais également de la position des marques d'industriels qui voient bien que jouer la fidélité aux distributeurs historiques aura un jour des limites, il faut reprendre de la hauteur et élargir le cercle. Ces industriels constatent bien également que vendre directement ou indirectement via des e-grossistes ou des places de marché va devenir impossible à ignorer (cf CA Procter chez Amazon.com) voire présenter de réelles opportunités (cf site de s-commerce L'Oréal sur Tmall Alibaba) ...

Georges Plassat pour son deuxième mandat est donc bien conscient que la mondialisation du ''commerce'', ainsi que la ''désintermédiation'' souhaitée par les clients, pouvaient aller demain jusqu'à l'ouverture de la vente directe des marques sur le web.

Et que la dématérialisation de la relation client avaient radicalement changé la vision que devaient de donner une enseigne même à vocation ''alimentaire'' si elle voulait encore exister dans le paysage du commerce ''global'' à moyen terme.

Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.
Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.

Les évidences :

  • Nous ne sommes donc plus sur un combat de ‘’magasins à magasins’’, mais bien sur un combat "d’enseigne globale'' à ''enseigne globale" et plus seulement sur le basique ‘’on / off’’, mais souhaitant se situer sur un débat ‘’élevé’’ des places de marchés dans l’environnement du client sur le plan ''transfrontalier''.
  • Ce que vous acheter sur Amazon vient bien souvent d'allemagne, et j'ai reçu un produit acheté sur C-Discount par Amazon (véridique cf mon post http://http://www.le-furet-du-retail.com/article-scoop-exclusif-incroyable-amazon-me-livre-une-commande-passee-chez-c-discount-cherchez-l-erreu-111450625.html
  • Mais sur celui d’une enseigne ayant compris que le débat ''cross canal'' ne se situait déjà plus entre un binaire retail /vente en ligne "traditionnels’’ (alors que Carrefour n’a pas encore pris la décision simple mais vitale de passer ooshop.fr en Carrefour.fr…) mais sur un écosytème beaucoup plus large encore : avoir sa propre place de marché virtuelle.
  • .
  • Les pionniers secteurs du High tech - Fnac et Darty en tête - l’ont compris en France quand ils étaient dans ‘’l’œil du cyclone’’… la ’’gde distrib’’ est dans ce moove et commence à prendre position sous le lead de Casino.Pour mémoire, C-Discount réalise un CA 2014 de 1,89 Md€. Et sa place de marché C-LEMARCHE cumule 10 000 000 de références livrables à 80% en 48 heures maxi.
  • Et cela prouve aussi que sans relais physique (à part les leaders hors catégories comme Amazon, Sarenza, Zalendo…) les Pure players devraient aussi avoir du mal sur le ‘’dernier mètre’’. D’où la solution de se revendre - ou de se ''rendre'' - à un réseau physique.
Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.
Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.

"Cette acquisition permettrait à Carrefour d'accélérer sa stratégie omnicanal en France et de se renforcer sur l'e-commerce non alimentaire en s'appuyant sur des expertises complémentaires", a ajouté Georges Plassat.

Le groupe Carrefour pourrait ( par cette acquisition NDLR) également enrichir son offre sur internet, aujourd'hui essentiellement basée sur l'alimentaire.

Un autre géant de la grande distribution française, Casino, possède déjà son propre site non alimentaire et sa place de marché, CDiscount, devenu en quelques années, le deuxième site marchand généraliste le plus consulté en France, derrière Amazon. Rue du Commerce était lui en huitième position à fin 2014.

Le PDG de Carrefour, Georges Plassat, avait indiqué fin juillet que le groupe pourrait se renforcer dans les domaines des nouvelles technologies et de la digitalisation.

"Il nous faut entrer dans le digital avec plus de vaillance pour que ce soit complémentaire des magasins", avait-il déclaré lors de la présentation des résultats semestriels du groupe, estimant que "Carrefour est dans le bon momentum" pour le faire.

Le "bon momentum", "c'est le moment auquel il faut s'engager plus fortement dans une stratégie qui sera incontournable et décider du moyen qui nous permet d'aller plus vite et d'aller mieux", avait précisé le PDG, sans vouloir donner plus de détails.

"L'e-commerce avance, nous progressons, et nous serons là (...) On n'est plus une entreprise seulement multiformats, multi-canal, on est une entreprise omni-canal, qui va comprendre que son client se +balade+ d'un modèle à l'autre à sa guise, en fonction de l'endroit où il se trouve, de la période de la journée dans laquelle il est, ou de ses besoins", avait alors expliqué M. Plassat.

Les Echos

Autre question ? Rue du commerce est-il une bonne acquisition… ?

Carrefour prendra donc 100% du capital de la ‘’patate chaude’’ Rue du Commerce. A mon avis pas une bonne affaire en l'état comme lorsque Darty à racheté la ‘’patate chaude’’ mistergood deal.

- On peut racheter des structures non rentables issues de la nouvelle économie mais qui ont des parts de marchés, et un savoir faire de marketplace afin de ne pas partir ''from scratch'' sur ce marché. Et malheureusement celui de ''rueducommerce'' qui a pourtant réellement existé dans le paysage des ''pionniers'' de la vente en ligne, n'est pas au top. Sinon ils ne se retrouveraient pas avec une pancarte ''à vendre''. Mais laissons aux futurs acheteurs de Carrefour qui prendront en main cette nouvelle partie du commerce de cette enseigne faire leur boulot. Et les marketeurs revoir la stratégie dans la complémentarité de l'écosytème actuel Carrefour.

- Mais Carrefour avait il le choix ? Pas vraiment, s'il doit avoir une place de marché, il se ‘’rabat’’ sur la seule disponible et ''incubé'' pendant 3 ans par une foncière.... ce point n'est pas anodin dans l'analyse... Néanmoins, un site dont personne ne veut plus y compris Altéréa Cogédim qui l’a acheté très cher en 2012 (100MF et on parle d'un rachat par CRF entre 20 et 30M€) et qui souhaitait l’utiliser en modèle de ‘’ mode cross canalité ’’ pour ses Centres Commerciaux. (ex CC Quartz Villeneuve la Garenne ‘’cité du e-commerce’’). Et rueducommerce pointe quand même en 8ème position.

- Autre point : ''la réponse du berger à la bergère''... sur une rivalité personnelle : Car au-delà d’une stratégie vitale pour Carrefour il s’agit aussi de continuer à entretenir une guerre personnelle historique entre les deux dirigeants de ces deux groupes ... JCh Naouri qui possède C-discount et qui positionne plutôt bien le groupe Casino sur le plan international et qui s'est investi depuis longtemps dans cette stratégie.

Mais au delà c’est une prise de conscience que le commerce ne peut plus exister sans place de marché c’est une question de survie à terme dans le mix on / off international, il fallait que Carrefour y passe, et soit il partait ‘’from scratch’’ soit il passait par une acquisition et intégrait l’expertise quand bien même si cette acquisition n'est pas la ''Rolls'' des market place. C'est courageux et honore la stratégie parfaite de Goerges Plassat sur le redressement de l'enseigne depuis 3 ans. Comme quoi rien n'est jamais joué.

J'ai envie de terminer sur cette citation en image ci dessous ....

Carrefour se positionne sur rue du commerce et passe sur un autre registre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article