Mechanical turk: quand les algorythmes d'Amazon ont deux mains !

Publié le par le-furet-du-retail

Mechanical turk: quand les algorythmes d'Amazon ont deux mains !

Vous connaissiez le principe des plateformes de recrutement de main d'œuvre ''collaborative'' en ligne ??? et plus particulièrement Amazon mechanicalturk? Moi naïf non! Et je me suis pris une grande claque en visionnant le reportage d'envoyé spécial de France du 02 juin.... Big data, algorithmes, logiciels prédictifs, intelligence artificielle au coeur de la stratégie de commerce d'Amazon et des pure players ??? au service du client??? que nenni : à 2 cents la tâche, ce sont des petites mains Indiennes ou Bengalis qui passent des journées derrière des écrans pour gagner 5 euros...et vous conseiller la chemise qui va avec votre pantalon et les chaussettes qui vont bien avec... Des ''esclaves connectés*'' sans protection sociale, sans contrat, sans cadre juridique.... sans salaire minimum garanti. Pas de charge pour Amazon, par contre des impôts en plus pour le ''Turker'' nom donné à ce personnel payé à la tâche.

Pourquoi le Turc Mécanique ? A l’origine c'est une machine à jouer aux échecs dans laquelle était cachée une personne et qui a berné les plus grands du monde : tous ceux qui osaient s'affronter au ''turc mécanique'' perdaient... y compris Napoléon.

Là c'est pareil : tout le monde croit Amazon quand il disent que ce sont des ''machines'' de plus en plus intelligences, avec des cerveaux artificiel bardés d'algorythmes... et bien non, ce sont des petites mains cachés qui font la plus grande partie de ce que l'on vous raconte.... ah ah !

Mechanical turk: quand les algorythmes d'Amazon ont deux mains !

Et même si ce principe 'd'uberisation'' qui peut partir d'une bonne intention ''collaborative'' cela se révèle comme une effroyable machine à détruire les modèles sociaux du monde entier, si tant est qu'ils avaient déjà besoin de ça. Toutes les charges et risques du coté de l'ouvrier connecté'' ... et zéro charge et la possibilité de faire la pluie et le beau temps du côté de ''l'employeur connecté''...

Le Big Data ? j'avais déjà d'énormes doutes sur son efficacité, et vous le savez si vous me suivez sur ce blog. Je préfère le traitement de l’info en temps réel même mécaniquement plutôt que le traitement de données du passé. Et là j'ai vraiment été interpellé... car le système mechanical turk (reconnue maintenant vraiment comme ''machine à berner'' ) repris de manière sordide par Amazon comme nom de sa plateforme et une confirmation de plus de la fracture de notre monde actuel.

Je n'en dis pas plus, je suis en colère.... Mais regardez ce reportage car non seulement on parle de l'Inde... mais toutes les sociétés prises dans la crise économique, y compris les américains en situation précaire, essaie d'en faire un complément de revenus. Et se lève le matin avant d'aller au boulot ou le soir, et se connecte pour essayer de trouver une ''tâche'' qui lui permette de finir son mois.

Regardez le reportage commence à la 35ème minute de ce magazine envoyé spécial.

Mon interpellation est aussi sur un autre plan : Amazon collecte des milliards de données, ses infrastructures, logiciel, emmagasinage de données en temps réel pour les stocker et voir ce que l'on pourra en faire en Big data... après....

Et cette société qui a donc tout en data pour devenir la référence de la mécanisation et la compréhension de nos émotions et nos comportements et devenir maître du monde... Alors pourquoi Amazon préfère faire traiter cela par de la main d'œuvre sous exploitée et connectée'' plutôt que par ces trop fameux algorithmes ...

Le Big Data est donc pour moi une solution qui a toujours été obsolète et à la marge. Elle a fait la fortune des grands acteurs de l'informatique et du data réunis... mais je n'y crois plus un instant. Les esclaves avaient des chaînes.... aujourd'hui une connexion.

*merci Jean Louis.

Mechanical turk: quand les algorythmes d'Amazon ont deux mains !

Commenter cet article

MasterMind 25/09/2015 08:50

Algorithme et pas algorythme...
Mes tarifs pour la relecture : 60€/heure :-)

Thoumine 08/07/2015 22:58

Enormes bêtises dites et commentées dans ce reportage. On prend un sujet... l'uberisation du travail, autant dire la dislocation du contrat et on brode en prenant une tête de turk mécanique. Bref, du journalisme à deux taka (monnaie du bangladesh). Regardons maintenant le fait simple que des entrerprises du retail fond usage de manière massive de développement de contenu (marketing du contenu). Elles n'ont pas les moyens de le développer par elles même (tout le monde n'a pas le studio photo de ventesprivées.com...ah bon... ben pourquoi ? ) et le font donc développé par leurs agences, lesquelles... guess what... le font réalisé par des freelance. Mais le freelance Frenchy il n'est pas suffisament expert lorsque la marque souhaite s'exprimer sur le marché iranien en plein boom alors quoi. Et bien on utilise freelancer ou autre plateforme de crowdworking. Et pourquoi donc, subir la marge de l'agence de com dans ce cas là ? Et bien voilà exactement le sujet nécessaire à traiter. Mais évidemment, faudrait pas se facher avec les annonceurs.