John Lewis : L'incroyable french bashing d'Andy Street, Gal Manager de l'enseigne Anglaise.

Publié le par le-furet-du-retail

John Lewis : L'incroyable french bashing d'Andy Street, Gal Manager de l'enseigne Anglaise.

On le sait les Anglais n'aiment pas les Français ... personnellement je ne m'y habitue pas mais c'est un fait. Je vous présente Andy Street, Directeur général de l'enseigne John Lewis propriétaire également de Waitrose, et illustre inconnu en dehors des ses boutiques Londoniennes enseigne pour laquelle il travaille depuis 30 ans. Et bien voici un condensé de propos lamentables rapporté par le Times Magazine, et issus soit d"un abus de notre bon champagne, mais j'en doute, soit de jalousie jeudi soir lors d'un dîner devant des investisseurs et d'hommes d'affaires Londoniens à son retour de la remise des Awards du World Retail Congres, grande messe annuelle du retail mondial... organisée à la Défense la semaine dernière, et d'ailleurs par une société événementielle ... Anglaise.

Accrochez vous :

" France was sclerotic, hopeless, and downbeat and urged them to get out if they had investments there because the country was “finished”.

"If I needed any further evidence of a country in decline, here it is. Every time I (see it), I shall think, God help France"

"If you've got investments in French businesses, get them out quickly."

Sympas non ? et ce n'est pas tout.

Mr street à reproché à la France de lui remettre ''un trophée en plastique'' lors du World Retail Congress qui avait lieu à la Défense les 29, 30 sept et 1 Octobre, ou John Lewis à reçu fort justement le titre de ''retailer cross canal de l"année 2014'' y voyant ''un signe de sa faillite'' et déclarant cela ''franchement révoltant''. Un congrès organisé par i2ievent, une société ... Anglaise. Et la France n'est que ''l'accueillant'' donc absolument pour rien dans la qualité des trophées.

Et si ma colère est grande c'est parce-que cette tirade - dont Mr Street s'est platement excusé dès le lendemain ce qui montre son courage - est caractéristique d'un lobby latent de french basching issus des milieu d'affaire anglo saxons à l'encontre de la France depuis quelques années, et cela ne date pas du gouvernement actuel, mais plutôt du début de la crise 2008, tirant sur un pays qu'ils n'aiment pas et qui ne va pas dans leur sens économique.

C'est d'autant plus désespérant que John Lewis prépare une version Française de son site de vente en ligne, et que ses magasins sont largement assortis en références Françaises, de luxe ou de tradition. Le commerce est universel donc on se calme Mr Street.

Un trophée en plastique peut être mais .. anglais !

Un trophée en plastique peut être mais .. anglais !

Enfin Mr Street déclare également que la gare du Nord est ''l'épicentre de la pauvreté européenne'' -  “the squalor pit of Europe in contrast to London’s revamped St Pancras station at the other end of the Eurostar line''.

Les réaction politiques sont nombreuses : 

La réalité ? La jalousie et une irritation due à un retard de l'Eurostar pris par Andy Street .... Au delà une réalité : Londres attire moins les investisseurs que Paris, le retail parisien attire le monde entier et notre pays est le plus visité au monde.  

"Ce qu'il dit est faux et stupide. Comme nous le disons, tout excès est exagéré, mais il semble que le dénigrement français soit à la mode chez les experts économiques '' déclare Jean Louis Missika '' a deputy Paris mayor in charge of economic development and the attractiveness of Paris to investors. He told the Guardian that if Andy Street was joking, perhaps Paris should respond in kind. “What he says is false and idiotic. As we say, everything excessive is exaggerated, but then it seems French bashing is all the fashion ''chez vous''.

“Factually it’s false because figures show that last year Paris attracted more foreign investment than London, and because Paris is a dynamic city with a quality of service that is often better than in London.
“But this guy has shops in London, right, so of course he wants to attract people away from the shops in Paris. I think it’s called publicity.”

''The French embassy in London rejected Mr Street's claims, pointing out that France has the fifth largest stock of foreign direct investment in the world, a total of €1.1 trillion ($1.1tn; £933bn)'' 

Enfin utile à préciser à Mr Street, même si tout va mal chez nous, le Produit intérieur brut britannique reste inférieur à celui de la France, leur balance commerciale est plus déficitaire que celle de la France et les Britanniques sont plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté que les Français ;

Mais qu'à t'on besoin de se justifier face à tant de bétises primaires et basiques.

Bref, pour le pays deuxième place financière mondiale et qui a largement contribué à la faillite d'un système économique depuis 2008, c'est assez désespérant et peu glorieux. C'était mon coup de gueule du jour. L'avantage d'avoir un blog personnel, et bien entendu ces propos n'engage que moi. 

Commenter cet article