Réflexion sur une bonne nouvelle : avec + 8 % les libraires indépendants champions de la progression en CA tous secteurs confondus en 2013 !

Publié le par le-furet-du-retail

Un petit billet d’humeur sur les libraires avant de partir en vacances... déconnectées. Certes je pense que ce billet va provoquer un tollé parmi les libraires de quartiers militants… mais j’assume et revendique un droit à perturber les réfractaires à la mutation du commerce, au vu de ce que l’on voit comme perspectives dans l'évolution des comportements, et parfois comme aujourd’hui au vu des chiffres.

Les libraires indépendants ont fait une bonne année +8% de progression de chiffres d'affaire. Il y a de quoi surprendre et s'interroger une fois de plus sur les médias et le rumeur publique en font parfois trop … et tirent des conclusions hâtives. Ces chiffres ne peuvent de plus être contestés ... ce sont ceux de l’observatoire de la Fédération des centres agrées, ceux là même qui font la comptabilité de ces petites entreprises, PME TPI et Commerces.

Alors attention j'anticipe, je ne dis pas que ce n'est pas difficile pour les libraires, mais en période de crise économique, de mutations des comportements, de la puissance de la grande distribution et d'autres commerces... les libraires ont de quoi reprendre le moral.

Réflexion sur une bonne nouvelle : avec + 8 % les libraires indépendants champions de la progression en CA tous secteurs confondus en 2013 !

Depuis des années on nous targue que les libraires vont mourir, que le petit commerçant de quartier va mourrir, que le e-commerce est un rouleau compresseur, et qu’à cause du méchant ogre Amazon qui mange tout sur son passage on va tous disparaître. 

Sans minimiser le sort difficile des libraires, je dirais qu’ils sont comme les autres commerces et entreprises, salariés et professions libérales  … en pleine mutation. Notre société est en train de muter … et pas seulement le secteur de la librairie, ou les marchands de chaussures ...

Tous les commerces indépendants prennent de face le e-commerce + la crise, et ils ne peuvent pas ne pas réagir. Mais rester derrière son comptoir où son bureau en pensant toujours que les barrières sont bien fermées et que les clients vont continuer à pousser la porte sous le seul effet de la réputation, de la noblesse du métier ou de l'attractivité de la vitrine, et sans faire d’effort, oui c’est fini.

Et pourquoi les libraires vont s’en sortir ?

D’abord parce-que la culture du libraire de quartier c’est sociétal et viscéral …à lui d'en profiter ce qu'il semble commencer à faire. Mais le shopper (vs le citoyen) lui en veut un peu parce-qu’il ne va peut être pas assez vite dans sa mutation ... comme pour tous les commerces … Mais un libraire 2.0 à toutes les chances de se sortir d’affaire, en diversifiant, en retrouvant de la vente récurrente, en montant son site de ventes en ligne ... ( plus de 70% des magasins de proximité n'ont pas de site internet ... c'est impossible en 2014? )

Et comparativement à d'autres commerces, la culture sera plus pérenne, les vendeurs d’automobiles par ex. qui ont une vraie mutation de comportement à affronter : les Français ne voient plus pourquoi il faut absolument posséder une voiture, et que c’est un poste que l’on peut éviter... et pour l'acheter le conseil en ligne suffit presque.

Parce-que le libraire doit accepter que si ses clients veulent acheter une liseuse ce n’est pas la faute à Amazon ou à Kobo Fnac … c’est simplement parce-que le lecteur actuel ne veut plus forcément se trimbaler toujours avec un livre sous le bras ou avec 5 bouquins dans sa valise quand il part en vacances. Alors oui il préfèrent culturellement et ''sensuellement'' les livres comme tout lecteurs assidu, mais de temps en temps et en fonction de l’usage .. le livre n’est plus adapté. Et les jeunes ''digital nativ'' dans le métro préfèrent la liseuse, et dans leur lit le livre ... 

Et l’erreur est de croire que le lecteur qui adopte une liseuse … n’achètera plus de livres. Au contraire… Et vendre des liseuses et des livres numérisés à ses clients les plus fidéles sera certainement reconnu comme positif par un client et une preuve d’adaptation de son libraire préféré...  plutôt que de le voir rentrer dans une résistance ‘’forcenée’’ face à un phénomène que n’importe comment personne ne maîtrisera.

En plus contrairement à d’autres secteurs, le libraire est protégé par un législation unique anti hard price … la loi Lang… 

- Parce-que le libraire doit intégrer qu’il a une formidable opportunité pour lui : le e-commerce. Aux Etats unis premier pays touché par le e-commerce sur les produits culturels (et ou tous les étudiants ont liseuses et Mac book air…) les libraires qui ont pignon sur rue ont compris qu’Amazon était LE lieu où ceux qui voulaient acheter un livre en ligne vont prioritairement.. alors ? et bien il vendent sur Amazon Web Service… Et cela leur ramène des clients ... dans leur magasin ...

La vente sera le meilleur Web to store ... Difficile à imaginer il y a encore ne serait-ce qu'il y a quelques mois : 

- entre 30 à 50% des commandes en lignes sont retirées en magasin

- 40% des clients du click & collect repartent avec un achat supplémentaire (source Gal Lafayettes) 

- 71% des français veulent des points de retrait d’achat en lignes en magasin (sources Obs. Cetelel 2014)

 

Et même sur Amazon, il est possible de proposer ce service retrait en magasin en géolocalisation : achat en ligne + retrait en magasin dans son libraire de quartier ...

Ils spécialisent aussi l’un de leur rayon : musique, philosophie et se créent un cheval de Troyes qui augmentent leur visibilité ... 

Je ne veux absolument pas être donneur de leçon, mais il faut s’adapter. 

Les boutiques sont confrontés à deux types de clients : 

- la population vieillissante à qui il est toujours facile de dire que ''c'était mieux avant'' et que le monde ne va pas dans le bon sens.. (y a-t-il été un jour ? ) 

- les jeunes – formés à la lecture par Harry Potter et le Seigneurs des Anneaux – et qui n’ont plus de complexes à mettre une liseuse dans la poche droite et un Roman dans la poche gauche…et qui aiment vraiment l'interaction humaine ...

- 60% des Français ont certes déjà achetés un livre en ligne, et Amazon à 7% du marché global ... mais 57% des Français achètent des livres à la fois en ligne et en magasin... 16% uniquement en magasin ... 27% uniquement en ligne. 73%% des français vont encore en librairies ( certes grandes surface comprises) .  

- Les libraires ont connus d'autres vraies révolutions, notamment la grande dsitribution.. mais ils s'en sont toujours sortis. 

Voila l'homme est multiple. Nous vivons une révolution digitale. Il restera toujours 70% minimum du marché aux ''click & mortar'' Alors ‘’regardons devant le pare brise est plus grand que le rétroviseur disait ma grand-mère…’’

 

Bonne vacances. 

 

 

 

 

 

Commenter cet article