Les ventes de Target se détériorent plus vite que prévu.

Publié le par le-furet-du-retail

Les retombées de la cyber attack dont Target (5ème distributeurs US) sont comme prévues catastrophique pour l’enseigne qui a vu sur les 15 derniers jours de 2013 s’écrouler son chiffres d’affaire, mais également une confiance si difficile à acquérir dans le commerce de détail. Les dépenses déjà engagées par Target pour traiter le problème s’élèvent déjà à 67 M$ (dont 44 M$ versé par l’assurance semble t’il). Mais Target ajoute que ce n’est que le début car après 3 mois de recul, le calcul du cout exact de l’impact est innestimable… non pas parceque’il sera énorme, mais il est incalculable… ce qui laisse songeur sur le montage des provisions pour risque au bilan .. et donc la confiance des investisseurs…. Le retail physique n’avait pas besoin de cela. Cela impactera donc non seulement l’exercice 2014 mais bien entendu les suivants. Les frais sont liés à le fraude mais également à la remise en application de la nouvelle carte de fidélité (litiges civils, provision de perte liés à le fraude par la contrefaçon, réemission …) indispensable dans la stratégie d’un retailer a fortiori américain. Mais au-delà, Target est piqué au vif avec l’effrondrement de 50 ans de travail acharné sur la confiance client. L’enseigne est totalement shopperCentric… a tel point qu’elle offrait même à ses clients depuis le 23 mars 2013 ‘’low price guaranty’’ de leur faire payer le prix équivalent à celui de la vente en ligne, Amazon compris, si le prix Target était supérieur…. C’est la chute libre depuis le 15 décembre, jours de l’annonce officielle de breach. Résultats : bénéfice en retrait 520M$ 2013 vs 961 M$ 2012, cela fait cher pour 15 jours de fiscal, vente en chute de 6,6% à 20,9Md$ lié aussi à une semaine supplémentaires en 2012 (impact du calendrier) et 2,5% à magasin et période comparable. Cible exploite 1917 magasins : 1793 aux États-Unis et 124 au Canada . source Retailing today 27/02/14 Vivian Gomez.

Les retombées de la cyber attack dont Target (5ème distributeurs US) sont comme prévues catastrophique pour l’enseigne qui a vu sur les 15 derniers jours de 2013 s’écrouler son chiffres d’affaire, mais également une confiance si difficile à acquérir dans le commerce de détail. Les dépenses déjà engagées par Target pour traiter le problème s’élèvent déjà à 67 M$ (dont 44 M$ versé par l’assurance semble t’il). Mais Target ajoute que ce n’est que le début car après 3 mois de recul, le calcul du cout exact de l’impact est innestimable… non pas parceque’il sera énorme, mais il est incalculable… ce qui laisse songeur sur le montage des provisions pour risque au bilan .. et donc la confiance des investisseurs…. Le retail physique n’avait pas besoin de cela. Cela impactera donc non seulement l’exercice 2014 mais bien entendu les suivants. Les frais sont liés à le fraude mais également à la remise en application de la nouvelle carte de fidélité (litiges civils, provision de perte liés à le fraude par la contrefaçon, réemission …) indispensable dans la stratégie d’un retailer a fortiori américain. Mais au-delà, Target est piqué au vif avec l’effrondrement de 50 ans de travail acharné sur la confiance client. L’enseigne est totalement shopperCentric… a tel point qu’elle offrait même à ses clients depuis le 23 mars 2013 ‘’low price guaranty’’ de leur faire payer le prix équivalent à celui de la vente en ligne, Amazon compris, si le prix Target était supérieur…. C’est la chute libre depuis le 15 décembre, jours de l’annonce officielle de breach. Résultats : bénéfice en retrait 520M$ 2013 vs 961 M$ 2012, cela fait cher pour 15 jours de fiscal, vente en chute de 6,6% à 20,9Md$ lié aussi à une semaine supplémentaires en 2012 (impact du calendrier) et 2,5% à magasin et période comparable. Cible exploite 1917 magasins : 1793 aux États-Unis et 124 au Canada . source Retailing today 27/02/14 Vivian Gomez.

Commenter cet article